12/05/2014

Zaventem : Plan De Plaen

Plan De Plaen

When you’re called “De Plaen”, it’s difficult not be interested in a plan, or in planes…  As an engineer on top, I can’t resist the idea of proposing my own solution to the seemingly inextricable issue of flight routes to and from Brussels (Zaventem) airport.

It’s one of those problems where Belgium shows its worst part: entangled between regional interests, tiered apart by linguistic divide, thinking rationally is out of order.  What remains is called nimby (not in my back yard!) – or sometimes plain cynicism.

Now, if you will find herewith a proposal, it’s not by coincidence that this has been written in English – it’s a way not to write in French or Dutch and side with one of the 2 camps (talking about being non-rational !).  I have to add that this note only covers the problem of east-Brussels - not because I am not interested in the other areas, but rather because this is the only one I am knowledgeable of.

So what is the problem (in short) ?

Since years, inhabitants of East-Brussels (in a broad sense, including all communes from both Woluwe’s, Kraainem, Wezembeek, to Sterrebeek and beyond) complain that the flights over their houses are making life “unbearable” (a little exaggeration never goes amiss!).  To relieve the situation, the recent minister-in-charge has changed one of the routes so that, instead of flying over that area, planes taking off towards Brussels and turning South, do it further, flying over new areas.  Guess what?  The inhabitants there find this now “unlivable”!

They have a point, though: the new plan “Wathelet” (the name of the minister) makes planes flying over much more densely populated areas than before.  Previous plans or routes were called “Schouppe”, “Onckelinks”, “Durant”, “Anciaux”, everytime the name of the politician changing the flying plan(s)[1]

But why did the “East-Brusselers” needed to be less flown over?  Well, they also are under another flight-route, the one landing on track 01.  Planes are flying low, mostly on weekends and evenings (theoretically due to wind-direction, but not sure this is always the case).  2 flying routes, at peak times with both 1 plane every other minute, crossing over your house, everybody will understand this isn’t nice and doesn’t feel like fair burden-sharing.  Oh, by the way, the Brussels ring road passes there as well and is traffic-jammed almost 24/7.

So is there a solution ?

Actually, no, except if you want to consider moving the entire airport somewhere else – not a short term option.  Every change will shift flight routes from X to Y, and Y will complain.  Change it back, and X stands at your door.

Well, actually, yes, maybe, if you enlarge the picture – that’s my “plan De Plaen”.  The “East-Brusselers” mainly complain because of landing on 01 (previously 02) – the taking-off from 25R and its South-turn is the additional burden that makes the total over the top (the routes cross above Kraainem, somewhere between the ring road in “4 bras / 4 armen” and Stockel)

But what if you could make landing on 01 become less of a burden?  Would then the “old” (pre-Feb 2014) South-turn route be acceptable for the East-Brusselers ?  I believe yes – and I am living right under that route.

How do you manage that?

As I said, please enlarge the picture – and thank the Antwerp people for the idea.
If you have the planes going to land on 01 exactly (exactly !) following the ring road until the E40 crossing or slightly beyond, they will “only” have the people close to the ring suffering more.  But, will you say, that’s spectacularly unfair, as they already have the ring road to live with.  That’s right, so let’s take it away!  Take away its noise, take away its pollution, take away its sight.

In that area (between 4 bras / 4 armen and the Wezembeek exit), the ring road is mostly lower than the houses and streets around it.  Before 4 bras / 4 armen, the ring road crosses the forest (Soignes / Zoniënwoud), between Wezembeek and E40 the ring road is mainly driving through fields (not entirely, but we can come back on that).  So the only part really problematic is the area between Wezembeek and 4 armen / 4 bras.  Take that ring road away by putting a roof above it, as is proposed in Antwerp by “Ringland”, plant some high trees (for noise and dust capture), make it a (flown-over) park.  It’s only 3 km, so cant’ be that expensive.  Once it’s done, go back to the pre-Feb 2014 routes or adjust slightly so that the planes follow the Montgomery - 4 Bras / 4 Armen axis (straight towards the forest).

Ideal ?  No.  Some houses will still have a lot of noise to support.  But the next step is then to actually measure the noise (not the complaints, really the dB !).  If over a certain threshold, the (federal) taxpayer should pay for the noise-insulation. 

Technically achievable ?  The changes to the ring road should be doable - a study for Antwerp evaluated the costs to about 160-300 M€/km.  So you are talking 500 M€ to 1 billion.  A lot, but in the general context affordable.  For the planes, it would require shifting the flight zone to the right by a few hundred meters, then to realign to landing track 01 close to landing.  Not easy, but from what I heard within the capacities of today's pilots and planes.  This would however need to be confirmed.

In summary

1/ Move the landing route on 01 (previously 02) to right over the ring road, to be used just and only when winds dictate so,

2/ Compensate this by putting the ring road underground (by adding a roof) between exit 4 Bras / 4 Armen and Wezembeek, hence eliminating the noise, dust and pollution to these residential areas,

3/ Move taking-off route from 25R back to its pre-Feb 2014 situation (left-turn at Meiser), hence avoiding the most densely populated areas of Brussels (no flights beyond the Lambermont / Reyers / General Jacques boulevards or adjust slightly towards the forest.

Doing so :

- the inhabitants next to the ring get more flights (ouch !) when wind dictates, but get rid of the ring road noise and pollution 100% of the time, and additional green instead,

- the inhabitants in Wezembeek / Sterrebeek, as well as Stockel and Kraainem are less flown over by the landing route on 01, but get back the taking-off flights from 25R and turning South,

- the new flown-over inhabitants (Etterbeek, Auderghem) since Feb 2014 go back to the earlier situation.

- the houses that can't escape noise via these modifications get (paid for) noise insulation.

 

Is it all ?

If we manage that, it’s actually already pretty good.  Next steps would be to evaluate whether cargo-flights should remain in Brussels or move to an airport further away – Liège Airport is the first one that comes in mind, because it is open 24/7 and the noise-issues there have been solved already.  Economic impact (on jobs, on costs, on traffic jams…) should be evaluated, forgetting (for once, please !) about the language of the beneficiaries.  Without proper analysis, I don’t know the answer to that question.  Really.

But if the above works, then I will have no issues calling this the “plan De Plaen for planes”, and you will even be allowed to make all jokes that you want about my name – you’ll never beat all the ones I’ve heard since childhood anyway.

 

 

 

 



[1] Incidentally, this is to compare with the custom in the refinery where I was working a few years ago : a process-line only got the name of the engineer that designed it, if it was of no use…

05/09/2012

Villo: et les deux Woluwes ?

Sur le blog d'Eric, un article sur la situation des Villo à Woluwe.  Sur les deux Woluwe, en fait.  Et qui montre, carte à l'appui, qu'on en est... nulle part - situation unique à Bruxelles :

http://ericdeplaen.blog4ever.com/blog/lire-article-707064...

Bon à savoir...

Bonne journée,

Alain

16:12 Écrit par Alain De Plaen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/08/2012

Un lien pour qui veut suivre la campagne à WSL !

Un nouveau blog que je vous recommande: celui de mon frère Eric.  Un endroit pour relayer vos idées etr préoccupations, mais aussi pour suivre la campagne à WSL de l'intérieur.  AccessoirementInnocent, pour qu'Eric vous y expose ses projets et idées !

Donc : http://ericdeplaen.blog4ever.com ou cliquez sur la photo d'Eric en colonne de gauche.

Bonne journée,

 

Alain

15:34 Écrit par Alain De Plaen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/08/2012

Elisabet Jamez, le pari de la jeunesse

Le 14 octobre, on vote. 

Sauf erreur de ma part, c'est à Woluwe-Saint-Lambert que se présente la plus jeune candidate de la région bruxelloise : Elisabet Jamez, 18 ans le 25 septembre soit moins de 3 semaines avant le passage aux urnes, sera candidate sur la liste cdH - à la 18ème place, comme de juste :-).  Et Elisabet, je vous la recommande franchement.

Je la laisse se présenter elle-même :

"J’aurai 18 ans au moment des élections et vient de terminer ma rhétorique au Collège St Michel tout en étant très active en dehors de l'école : je fréquente des cours du soir en espagnol, je chante dans une chorale et  m'investis ardemment pour un projet cet été avec les pionniers au Portugal, sans oublier que je rencontre, un vendredi sur deux, des jeunes dans un atelier de lecture. Aujourd’hui, je désire m’investir pour les plus jeunes comme pour les plus âgés de notre Commune pour, en tant que jeune citoyenne, défendre les idées et les valeurs qui me sont chères."

JAMEZ_ELISABET (1).jpg


Je connais Elisabet depuis des années.  Engagée, elle a aussi le sens de l'analyse et la force de caractère pour faire une excellente conseillère.  Mais aussi, elle est idéalement placée pour porter au conseil les difficultés et les projets des nombreux jeunes de la commune.  Avant de s'engager, Elisabet et moi avons beaucoup discuté: elle ne voulait pas "juste faire de la figuration", si elle se présente, c'est pour un projet.  Le fait de ne pas parfaitement connaître la commune (mais qui pourrait le prétendre ?) où elle a grandi la faisait hésiter - sera-t-elle compétente ?  A mes yeux, se poser cette question est la preuve qu'elle le sera, avec suffisamment d'humilité pour savoir écouter électeurs, amis et arguments.  Tant mieux !

Et comme elle a encore 6 ans d'études devant elle, elle ne risque pas de démissionner avant la fin de son mandat :-).

 Bonne journée,

Alain

02/09/2011

Av. de Tervueren, av. Albert Dumon : pourquoi les marronniers sont-ils déjà en automne ?

Av. de Tervueren, av. Albert Dumon : pourquoi les marronniers sont-ils déjà en automne ?

Vous l'aurez certainement remarqué : l'avenue de Tervueren et l'avenue Albert Dumon ont déjà pris leurs couleurs automnales : les feuilles des marronniers tombent en masse.  D'accord, l'été n'a pas été radieux, mais n'est-ce pas un peu tôt ?  Et n'y a-t-il rien à faire ?

Oui aux deux questions.  Mais commençons par le commencement : que se passe-t-il ?

En fait, les marronnirs, à Bruxelles mais partout en Europe ou presque, sont attaqués par la chenille d'un petit papillon, la mineuse du marronnier ou cameraria ohridella - du lac d'Ohrit en Macédoine où elle a été détectée la première fois.  Ces chenilles creusent leurs galeries dans les feuilles, provoquant ce brunissement précoce.

Bonne nouvelle : c'est sans danger pour les arbres, sauf à les affaiblir à long terme.  Le désagrément est surtout esthétique.  Deuxième bonne nouvelle : seuls les marronniers à fleurs blanches sont atteints, pas ceux à fleurs roses.

Mauvaise nouvelle : il n'existe pas vraiment de traitement.  Enfin si, mais pas 100% efficace et qui a besoin de votre bonne volonté.  Les feuilles tombées contiennent les larves qui lanceront la première génération au printemps (il y a 3 "vols" par an).  Plus on les élimine, moins il y a de larves.  Attention : composter n'est éliminer, c'est brûler qu'il faut faire, via les sacs blancs.  Donc, les feuilles de marronnier tombées chez vous ou devant chez vous, vous les ramassez soigneusement et les mettez dans un (ou plusieurs) sacs blancs.  On constate d'ailleurs que les marronniers qui surplombent des espaces en "dur" (et donc nettoyés régulièrement) sont moins atteints.

Au delà, il existe des pièges à phéromones qui capturent les males.  D'une efficacité moyenne, mais bon marché (le traitement coûte 50 €/an/arbre) c'est surtout un complément à la première solution.  

Ramasser les feuilles, sans les composter : c'est fastidieux, mais grâce à cela nos marroniers resteront beaux plus longtemps l'été prochain.  Et si la commune (av Albert Dumon) et la Région (av de Tervueren) veulent bien faire l'effort des pièges, on aura bien avancé.

Merci d'avance,

Alain

16:12 Écrit par Alain De Plaen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/08/2011

Inondations : un plan d’action pour Woluwe

Inondations : un plan d’action pour Woluwe

Une fois de plus, Woluwe est victime d’inondations dues aux orages d’été.  Le problème est ancien et il faut reconnaître que beaucoup d’efforts ont déjà été faits.  Mais un vrai plan à long terme manque, dont la responsabilité est autant de la commune, à majorité MR-FDF-PS-IC que de la Région, majorité PS-CDH-Ecolo-VLD-CD&V-Groen !...  Bref, il ne s’agit pas de blâmer qui que ce soit, mais de chercher des solutions. 

 Je ne suis pas ingénieur hydraulique, mais ingénieur et habitant de Woluwe depuis 40 ans, suffisamment pour avoir quelques idées à creuser.

Donc, les inondations proviennent de plusieurs causes différentes :

-          En cas d’orage, afflux d’eau dans les égouts car l’imperméabilisation du sol est très importante, et par là déversement vers les caves et vers la vallée de la Woluwe sur deux « points chauds », la place Saint-Lambert / rue Voot et le Shopping/Wolubilis.

-          Le siphon de la Woluwe sous le métro (à côté du Kwak) n’a pas de capacité suffisante et se bloque par des branchages / déchets divers amenés par l’eau en trombe,

 

Commençons par le haut de la vallée.

  • Pour protéger les caves, prévoyons de nettoyer plus les avaloirs – et préventivement en juillet-août-septembre, période des orages,
  •  Dans certains tronçons (rue Dries, notamment), la pente du collecteur d’égout est insuffisante : une vanne anti-reflux dans l’évacuation des maisons éviterait que les égouts remplissent les caves, même si le nouveau collecteur devrait avoir amélioré les choses,
  • Avenues Slegers / Gilsoul / Mai d’une part, Mont St-Lambert de l’autre, de larges espaces de parking d’immeuble / garages – presque toute la surface des jardins arrières) sont imperméabilisés inutilement.  Proposons, pour les anciens, une prime au chgt de sol (dalles avec herbe), pour les nouveaux ou renouvellement, une obligation de perméabilité.  Idem à la Charmille et de façon générale aux immeubles « Etrimmo » nombreux dans la commune, ainsi que pour le parking régional de Roodebeek et le Wolubilis.

 

Dans le bas :

  • A terme, agrandissement du siphon de bld de la Woluwe sous le métro,
  • A court terme, réaménagement de la zone à côté du Kwak en « zone inondable tampon » à ciel ouvert, puisque le tunnel piéton sous le boulevard n’est pas ou très peu utilisé,
  • Idem, utilisation des étangs et surtout de la zone de marais entre Debecker / chemin du Struykebeke / bld de la Woluwe comme zone inondable-tampon pour le collecteur de Stockel (celui qui passe sous le stade),
  • Relèvement de la grille du siphon en cas de gros orage.

 

Ca ne résoudra pas tout : en particulier, le quartier Dries / Roodebeek restera « à risque », ainsi que les maisons dans le bas du boulevard.  Mais si l’eau est retenue en amont, les problèmes en aval seront moindres.

Reste maintenant à assembler ces propositions (et d'autres qui seraient avancées) dans un bon plan commun, un souscrit par l'ensemble du Conseil Communal, et d'avancer.  Le plus tôt sera le mieux, le bourgmestre pourra même faire une belle annonce un peu avant les communales de l'an prochain.  Peu importe la gloriole : l'important est d'avancer !

Bonne journée d'été,

Alain

06/04/2011

Inscription en première secondaire : quid en 2011 ?

Inscription en première secondaire : un mieux en 2011

Pour qui veut inscrire un enfant en première secondaire, une première période vient de se terminer, celle qui permet l'inscription selon les critères de priorité géographique (distance domicile - écoles, primaires-secondaires etc) et autres (frères et soeurs, critères socio-économiques, enfants à besoins spécifiques...).  Et la liste des écoles complètes a été rendue publique, avec quelques constatations classiques et quelques surprises quand même.

Classique, d'abord : surreprésentation à Bruxelles des écoles du Nord-Ouest (Jette, Ganshoren...) et des écoles libres (22 écoles catholiques, 1 libre non-confessionnelle (Decroly) et 8 athénées).

Et quelques surprises : il reste beaucoup d'écoles dites "renommées" dans les écoles non complètes : le collège Saint-Michel (!), Saint-Boniface, Daschbeek, Catteau, Jacqmain.  Dans l'est de Bruxelles, notons des places libres à St-Michel donc, mais aussi à la Providence, à Jean XXIII, aux athénées de WSL et WSP, à St-Julien-Parnasse mais plus à St-Hubert, St-André, Mater Déi, Don Bosco, au Sacré-Coeur de Lindthout, à l'athénée d'Auderghem...  

Première réflexion : attention, école renommée n'est pas le synonyme de "bonne école", ni encore moins de "l'école qui est adaptée à mon enfant"...

La présence du collège St-Michel dans la liste des établissements "non-complets" m'inspire quelques réflexions supplémentaires :

  • Les écoles avec une petite école primaire p/r aux secondaires ont souvent encore de la place (St-Boniface est un autre exemple),
  • Inscrire dans une école très renommée (demandée ?) a fait peur et les parents ont préféré choisir une école "où leur fils/fille a une priorité" que celle qui auraient sinon été l'école de leur premier choix.

Je voudrais aussi faire une constation positive : les inscriuptions ont l'air de se dérouler avec moins de heurts que les années précédentes.  Tout négatif que je soit sur ce décret, je constate que M.D. Simonet a réussi au moins à calmer le jeu et que les parents s'habituent et peuvent maintenant choisir en connaissance de cause.  Dommage que le calcul de l'ordre de priorité prenne aujourd'hui le pas sur l'adéquation au projet spécifique de l'école...  Comme d'autres, j'ai préféré la proie pour l'ombre en inscrivant dans l'école du frère plutôt que dans une autre.

Et si vous voulez inscrire votre fils ou fille dans une des écoles encore disponibles ?  Eh bien le 9 mai au matin, présentez-vous dans l'école de votre choix : cette fois, c'est l'ordre d'inscription qui est le seul critère pour attribuer les places restantes selon le formulaire unique d'inscription.  

Bonne chance !

Alain

P.S.  Dans les écoles néerlandophones de Bruxelles, c'est également difficile et parfois aléatoire, je publierai sans doute une réflexion à ce sujet un jour ou l'autre.

 

 

28/03/2011

Sortons de BHV par le haut !

Sortir de BHV tout en améliorant la démocratie…

 

Cela fait maintenant longtemps que BHV empoisonne la vie politique de notre pays.  Les différents visions semblent inconciliables et toute négociation se terminera par des « vainqueurs », des « vaincus ».  Je ne crois pas que ceci soit l’unique façon d’avancer et je veux proposer mieux !

 

D’abord, quel est le problème BHV ?  C’est un problème de fond : beaucoup de francophones, originaires de Bruxelles ou non, se sont installés en périphérie depuis ces – disons 60 dernières années.  Ces francophones ont peur de voir leur voix « perdue » et donc d’être exclu du jeu politique si cette voix est noyée dans un grand ensemble « flamand ».   C’est compréhensible !  A l’inverse, les « flamands » (et le Conseil d’Etat !) ne comprennent pas pourquoi ces habitants de Flandre devraient pouvoir voter à Bruxelles, alors que ceux du Limbourg ne peuvent voter que dans le Limbourg.  Ce qui est logique…  Alors quoi ?

 

C’est simple : une voix n’est pas « noyée » lorsqu’elle a une chance de faire un élu.  Au lieu de penser « provinces », pourquoi ne pas rapprocher les élus de leurs électeurs : à chaque électeur, un et un seul élu, « son » élu, à qui on peut demander personnellement des comptes.  Et qui devient alors responsable surtout devant ses électeurs et moins devant les instances de parti.

 

Cependant, on ne peut pas proposer un scrutin uninominal à un tour : s’il suffit d’avoir plus de voix au premier tour que tous les autres, le risque est grand de voir des élus en fait peu représentatifs.  En deux tours, c’est mieux – mais c’est aller voter deux fois.  Concrètement, je propose une alternative : que chaque parti propose un et un seul candidat par « zone électorale » de plus ou moins 60 000 habitants (pour en avoir 150 au total, taille actuelle de la Chambre).   Les électeurs indiquent au moment du vote non seulement leur premier choix, mais aussi un second, troisième et éventuellement quatrième choix.  Si aucun candidat n’atteint 50% des « premiers choix », le candidat ayant le moins de premier choix est éliminé et les votes réattribués selon les deuxièmes choix de ses électeurs.  Si à nouveau personne n’atteint 50%, le nouveau «  plus faible » est éliminé, ses votes réattribués et ainsi de suite jusqu’à ce qu’un candidat passe les 50%.  Ce système, soyons clair, devrait être généralisé sur le pays et non pas seulement sur BHV, pour garantir l’égalité des citoyens.

 

Avantages :

-              Les électeurs savent immédiatement qui est « leur » élu et peuvent l’interpeler : l’élu est rapproché des électeurs,

-              Problème BHV éliminé,

-              En périphérie, les candidats francophones peuvent toujours se présenter avec une chance réelle d’être élu,

-              Sentiment démocratique plus grand, car l’électeur choisit non seulement son candidat, mais aussi ce qu’il advient de son choix si celui-ci est éliminé,

-              Moins de candidats requis au total, avec élimination des candidats « bidons »,

-              Plus faible coût électoral pour les candidats (car on se présente devant 60000 personnes et non toute une province) et donc ouverture au processus démocratique à des candidats moins aisés, comme c’est le cas pour les élections communales,

-              Chaque élu est aussi démocratiquement représentatif que son voisin au parlement et « pèse » autant que lui,

-              Système en ligne avec notre société plus « personnalisée » et néanmoins entièrement démocratique,

-              En cas de « primaires » pour choisir les candidats dans les partis, renforcement de l’attrait des partis pour ses membres : en étant membres, ils peuvent déterminer les candidats.

 

Inconvénients :

En fait, j’ai dû chercher pour en trouver, qui sont surtout techniques :

-              Système plus difficile à mettre en œuvre sans moyens informatiques (quoique, il suffit de faire des piles par candidat et de réattribuer ces piles quand le candidat est éliminé),

-              Les plus petits partis, sans candidats locaux forts ou bastions, ont une plus grande difficulté à avoir des élus.  Mais à l’inverse, un candidat « indépendant » qui convainc a de vraies chances d’être élu : il ne faut plus un « seuil électoral » sur une province entière.

 

Et maintenant ?

Maintenant, c’est à vous.  Je ne peux pas plus que proposer.  Chacun peut la relayer, voire proposer de l’améliorer, la « liker » sur Facebook ou la « forwarder » à ses amis, connaissances et politiciens.  Si nos politiciens n’en sortent pas, n’est-ce pas aux citoyens de prendre l’initiative ?

 Excellente journée,

Alain

20:48 Écrit par Alain De Plaen dans Actualité, Réflexions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/03/2011

Belgique : coup d'Etat silencieux ?

Belgique : un coup d’état silencieux ?

Tout le monde le sait, la situation politique belge actuelle n’est pas facile.  Les discussions communautaires sont interminables (on peut peut-être enlever le préfixe « inter »), les points de vue divergents et les solutions éloignées.

Entretemps, le gouvernement « en affaires courantes » continue.  A vrai dire, on doit bien constater qu’il travaille plutôt bien, en fait.  J’y vois la démonstration que, une fois les dirigeants politiques à l’abri des considérations électorales, ils peuvent travailler sereinement – et donc une preuve vivante que le regroupement des élections apporterait un plus à la gestion du pays.  Il y a cependant un énorme problème : un gouvernement en affaires courantes n’est pas sensé faire plus que le potopoto quotidien de la gestion du pays.  Aujourd’hui, on en est loin !

Quelques exemples : Le gouvernement nomme des administrateurs à la CBFA et à la Banque Nationale.  Le gouvernement établit un budget pour 2011, acte hautement politique s’il en est : le budget, ce sont les moyens concrets des politiques à mettre en œuvre.  Le gouvernement tranche l’accord interprofessionnel.  Le gouvernement décide l’envoi de F16 en Lybie.  Ces décisions sont-elles mauvaises ?      

Là, en fait, n’est pas la question : la démocratie, c’est aussi pouvoir protester contre des décisions du gouvernement, voire exiger sa démission et son remplacement.  Le gouvernement est responsable devant le Parlement.  Ici, c’est impossible : ce gouvernement n’est plus responsable devant ni le Parlement, ni devant personne.  Devant le Roi, peut-être, et encore : les actes du Roi doivent être contresignés par un ministre.  Le gouvernement est donc responsable… devant lui-même.  D. Reynders l’a dit également : rien n’empêche ce gouvernement de continuer jusqu’en 2014.  Voire au-delà, pour autant qu’on organise des élections tous les 5 ans.  Il n’y a pas d’autre qualification : en fait, nous assistons à un coup d’état silencieux, sans que personne ne s’en offusque, simplement parce que la démocratie belge montre son incapacité à fonctionner.  Shame, disait la manif !

Y a-t-il une solution ?  Oui, et très simple : il suffirait que ce gouvernement établisse un bref « programme de gouvernement », très limité (les attributions urgentes des affaires courantes étendues à ce qui doit se décider dans les 2 ans) et demande la confiance sur ce programme au Parlement.  Pourquoi aucun parti (aucun ! pas même Ecolo ou le Vlaams Belang, qui pourraient y voir, pour des raisons différentes, une sensibilité de leur électorat), ni aucun constitutionnaliste (Mrs. Delpérée et Uytendaele ne sont-ils pas tous deux, au Parlement pour l’un, peu s’en faut par épouse interposée pour l’autre), ni aucun intellectuel ne le réclame-t-il ?

Je ne comprends pas, mais je n’accepte pas ce coup d’Etat de fait.  Si les négociations continuent comme c’est parti, il faut que le Premier Minsitre demande la confiance au Parlement sur un programme gouvernemental réduit.  Au plus vite !

Alain

15:51 Écrit par Alain De Plaen dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/03/2011

Première néerlandophone : une école secondaire en immersion à WSP, le KASPW

Enseignement en immersion : première néerlandophone à WSP

Cela fait quelques années maintenant que l’enseignement en immersion connait un succès grandissant dans les écoles francophones.  Avec des cours en néerlandais (ou anglais) à côté des cours en français, la langue s’apprend par son usage quotidien.  Différentes études ont montrées que ce bilinguisme des cours était bénéfique pour les enfants et les jeunes, non seulement pour la langue apprise, mais aussi pour la langue de base (le français pour les écoles francophones) et même les cours non-linguistiques – à condition, toutefois, de surmonter la difficulté initiale de suivre deux langues en parallèle.

Cependant, malgré un intérêt certain, les écoles néerlandophones n’avaient pas encore franchi le pas.   Eh bien, cela semble révolu et c’est à Woluwe-Saint-Pierre qu’à ma connaissance la première expérience d’enseignement multilingue sera  lancée pour une école secondaire, à l’Athénée Royal de Woluwe-Saint-Pierre (Koninklijke Atheneum Sint-Pieters-Woluwe ou en résumé KASPW).

La réglementation étant ce qu’elle est, les cours principaux ne pourront pas se donner en français ou en anglais : seules les branches « en option » peuvent l’être, le cours de chimie en 3-4ème par exemple.  A l’heure actuelle, cette limitation fait d’ailleurs que ce multilinguisme ne touchera pas le premier degré (1-2ème) : il n’y a pas de cours à option, seulement des « keuzepakketten », choix globaux entre latin, « moderne »… Mais avec un peu de chance et de créativité, l’athénée espère pouvoir également proposer des cours en d’autres langues dès la première secondaire.

Le multilinguisme est une des clefs de l’avenir de nos jeunes et de la compréhension des autres : cette initiative du KASPW mérite tous nos applaudissements !

Plus d’info :
http://www.demorgen.be/dm/nl/989/Binnenland/article/detail/1212882/2011/01/25/Koninklijk-Atheneum-Sint-Pieters-Woluwe-biedt-als-eerste-meertalig-onderwijs-aan.dhtml

Une dernière remarque, si vous le voulez bien : d’une certaine façon, les écoles « bilingues » français – néerlandais existent depuis longtemps à Bruxelles et périphérie dans l’enseignement néerlandophone : ce sont, simplement, les écoles « ordinaires », où la vaste majorité des élèves est francophone, au point que cela peut poser problème… et que je ne comprends que trop bien la volonté de laisser une vraie priorité aux néerlandophones dans ces écoles.

Bonne semaine,

Alain

22/11/2010

Pâtisserie Mahieu : réouverture cette semaine !

Pâtisserie Mahieu à Stockel : réouverture cette fin de semaine !

La Pâtisserie Mahieu place Dumon a fait partie longtemps des incontournables de Stockel.  Après la faillite de l’établissement – qui n’était plus que l’ombre de lui-même et où la fraîcheur laissait parfois à désirer -, ne restait plus sur la place que la pâtisserie Sirre (rue de l’Eglise, mais dont les produits sont fabriqués à la maison-mère à Koekelberg) et dans un registre différent, le « Pain Quotidien » avenue de Hinnisdael.

Eh bien, bonne nouvelle pour les amateurs de pâtisserie : « Mahieu » est sur le point de rouvrir, repris par un pâtissier italien, Mr. Biasetto – qui fut quand même champion du monde de pâtisserie en 1997, une référence.  D’ailleurs, cet « italien » là a beaucoup de bruxellois : né à Bruxelles, diplômé du Ceria…

Aux dernières nouvelles, l’ouverture est prévue ce jeudi ou vendredi.  Chouette, non ?

Au programme : pâtisserie de qualité, boulangerie chaude (le patron était fier de m’expliquer avoir dénicher un grand boulanger qui travaillera sur place !), un coin où prendre son café (dans l’esprit des bars à café italiens, donc pas un salon de thé).

Accessoirement, la réouverture de Mahieu-Biasetto va également créer 18 emplois – « dans un premier temps ».  Et réanimer ce coin de la place, aujourd’hui un peu triste avec sa devanture fermée avec des volets… A partir du weekend prochain donc, la place au sens large comptera à nouveau 3 pâtissiers-boulangers, comme ce fut le cas au temps d’Ingelbrechts, Mahieu et Antoine.

Bonne chance !

Alain

12:43 Écrit par Alain De Plaen dans Information communale | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

18/10/2010

Négociation à 7 : une note jugée en 1,2,3 mais toujours les mêmes acteurs

Au lendemain des éections, j'écrivais qu'il y avait des raisons d'espérer : le résultat tonitruant de la NV.A et celui, tout aussi impressionnant du PS, imposaient à leurs leaders de transformer l'essai.  Mais plus de 4 mois après, mon espoir devient de plus en plus ténu.

Ce weekend, nous avons eu droit à un drame en 3 actes :
- Bart De Wever annonce qu'il va "prendre des risques, s'avancer plus loin que son rôle de président de la NVA."  Et tout le monde, médias en tête, le croit sur parole, avant même de voir en quoi il s'avance.
- Dès publication de la fameuse note, rejet généralisé dans les partis francophones., sans même le temps de la réflexion.
- Et aujourd'hui, retour au Palais Royal où je ne voudrais pas être à la place du Roi pour débrouiller tout cela.

Trois choses me frappent :
- D'une part, comment croire que BDW allait réellement "s'avancer" ?  Son seul souhait est visiblement de démontrer que la Belgique ne fonctionne pas, mais sans se retrouver avec la carte du "mauvais joueur".  Or, au lendemain de la fin de la préformation, tout le monde, partis VL et FR confondus, se retrouvait pour jeter la pierre à la NVA et à son président, incapable d'un accord.  Avec son drame du weekend, l'unicité VL est revenue pour renvoyer la faute au FR.  Etait-ce le seul but ?  Pas impossible...
- D'autre part, pourquoi toute la presse, les partis politiques, les médias... ont-ils accepté ce postulat de "prise de risque par BDW" sans même aller y ajouter un point d'interrogation ?  The proof of the pudding is eating.
- Enfin, alors même que cette note est peu équilibrée, pourquoi l'avoir rejetée en deux temps trois mouvements et en termes aussi définitifs ?  Faire, après le temps de la réflexion, une déclaration du style "il y a du bon, mais aussi des choses que nous ne pouvons pas accepter.  Il faut reprendre les négociations" était-il impossible ?  Ma conviction, c'est que la Belgique aurait été mieux servie par cela, mais évidemment cela ne permettait pas une réaction à temps pour le journal de 19h30 !

Et maintenant ?

Franchement, après tout ce temps passé à 7, il faut bien conclure que ça ne marche pas.  Alors de deux choses l'une : ou bien on retourne voter (mais ça risque de ne pas changer grand chose), ou bien on passe la main à quelqu'un d'autre - quelqu'un qui n'a pas encore été mélé aux discussions et qui a l'expérience de négociations difficiles.  Et je ne vois franchement pas qui d'autre que Louis Michel pour ce rôle. 

Ce ne serait pas en ligne avec le résultat des dernières élections ?  C'est 100% exact et ironique aussi : en 2007, la situation était inverse, avec une victoire bleue et une défaite PS - mais seul le retour du PS avait permis d'avancer...  A ce stade, je finis par être insensible à QUI prendra les rênes du gouvernement national, j'en viens juste à espérer que QUELQU'UN en prendra les rênes et recommencera à gérer ce pays avec ambition.

Allez, il reste toujours des raisons d'être optimiste.  Même quand, comme aujourd'hui, il faut franchement chercher...

Bonne journée,

Alain

14:05 Écrit par Alain De Plaen dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/09/2010

Drink de rentrée du cdH de WSL ce 23/9 à 20h

 Permettez-moi de relayer une invitation que je ne vous adresse plus moi-même, et pour cause, n'étant plus woluwéens (de St-Lambert - les habitants de Saint-Pierre sont les Wolusanpétrusiens) mais qui n'en vaut pas moins (!!!) la peine.  Ben tiens !  L'occasion pour chacun de discuter du bien fondé d'une action politique communale au jour le jour par une équipe de qualité, mais aussi qui travaille dans la (trop grande ?) discrétion.  Pas facile d'attirer les médias sur les dossiers communaux - ni de publier (et distribuer) des toutes-boîtes expliquant le travail (bien) fait.  Notez que cette discrétion ne tient qu'à vous : le cdH de WSL ne demande que de vous renseigner... et ce soir-là est l'occasion rêvée de prendre contact....

 

Amicalement,

 

Alain

 

P.S.  Remarquez, dans la liste des "invitants", la présence discrète d'un renfort de qualité, mon frère Eric.  (cétait ma minute de népotisme - ou de fraternité, à vous de choisir).

 

 

 

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Chères amies, Chers amis,

 

 

Le président et le comité de la section cdH de Woluwe-St-Lambert vous invitent à un drink convivial de rentrée :

 

 

Le jeudi 23 septembre 2010 à partir de 20H

à la salle rue jacques Hoton, n°11

 

 

Monsieur André du Bus, député Bruxellois et sénateur de communauté, sera notre invité,

présenté par Monsieur Pierre Migisha, membre de notre section et député régional. Il nous informera brièvement de la situation politique d’aujourd’hui, ainsi que de l’avenir de la région de Bruxelles-Capitale et de la Belgique.

 

 

Vous aurez également l’occasion de rencontrer les membres de notre comité et d’échanger avec eux vos réflexions et questions sur l’actualité fédérale, régionale et communale, autour d’un verre de l’amitié prévu vers 21H.

 

 

En espérant que vous serez nombreux à participer à cette soirée, n’hésitez pas à venir avec vos amis ou connaissances, recevez Madame, Mademoiselle, Monsieur, l’expression de nos sentiments dévoués.

 

 

Le Président

Guy Gaspar

 

Les membres du comité :

 

Berckmans Régine, Careme Marcel, Caron Danielle, Cruysmans Chantal, de Jamblinne de Meux Christine, De Jonghe Paul, Deleu Yolande, Demet Arlette, De Plaen Eric, Drion du Chapois Anne, Everaerts André, Geeraerts Jean-Claude, Goor Cécile, Harangozo Lorenzo, Kesrewani Izabelle, Lemaire Michel, Meire Anne-Sophie, Migisha Pierre, Remacle Henri, Simonis Kathleen, Thayer Jean-François, Thiel Luisa, Van De Casteele Yves, Van Sull Elisabeth, Verellen Raphaël, Visart de Bocarmé Sophie.

20:05 Écrit par Alain De Plaen dans Invitations | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/07/2010

Nouveau design... l'orange est de retour.

Petit billet de mi-juillet, pour annoncer surtout un changement du design de mon blog.  L'orange est de retour (Skynet offre une nouvelle pallette de design, dont celui-ci qui me parait frais et aéré).

Bon, d'accord : c'est comme dans la chanson : "ça ne va pas changer le monde".  Mais j'espère que vous aimez...

Quelques nouvelles en vitesse :

- Les travaux ont commencé au carrefour avenue de Tervueren / boulveard de la Woluwe.  But du jeu : faire passer le tram jusqu'au début du boulevard, côté parc des Soucres.  Le nouveau terminus du 94 sera établi en septembre juste au-delà du carrefour.  Le carrefour sera également redessiné.

- Le soleil brille fort.  Comme chaque année par ces températures, ayez une pensée et une attention particulière pour ceux et celles qui en souffrent le plus, personnes âgées et sans-abris en tête. 

- Le gouvernement est en cours de (pré)formation.  N(attendez pas de moi que je m'enthousiasme à l'idée d'un gouvernement principalement nationaliste et socialiste - mais si cela peut envoyer les problèmes communautaires aux oubliettes pour quelques temps, dans le respect de chacun, je suis preneur.  Quel que soit le programme qui en sorte, j'espère que l'esprit d'entreprise et le dynamisme ne sera pas pénalisé au profit de l'assistanat, mais aussi que les plus précaires ne seront pas sacrifiés.  Dur équilibre à trouver...

- L'Eglise est sous pression médiatique et judiciaire.  Je n'ai pas souhaité réagir tout de suite, mais j'espère que le barnum médiatique n'a comme objectif que la protection des victimes, passées comme futures.  Et je rappelle que le judiciaire n'a pas à faire de la politique (style : une grande descente de police pour montrer la supériorité de la justice civile), mais bien à enquêter à charge et à décharge, dans la recherche de la vérité.  Ne passons pas de Dutroux à Outreau, en créant de nouvelles victimes...  Mais fondamentalement, j'ai confiance en la justice de mon pays - et à ses garde-fous.

- Mercredi, c'est le 21 juillet.  Profitons-en pour fêter la Belgique, bien malmenée ces dernières années.  Et qui pourtant nous a apporté et nous apporte encore un cocktail de démocratie, justice et bien-être comparable à peu de pays au monde...

Belle journée,

Alain

15:18 Écrit par Alain De Plaen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/06/2010

Encombrants de juillet à WSL : le 10 et non pas le 3 !!!

Attention, le mois de juillet amène aussi quelques modifications aux habitudes woluwéennes :

La récolte mensuelle de grands encombrants au parking du stade Fallon aura lieu le 10 et non pas le 3 juillet, pour cause de fête de soutien à la popularité de l'échevin Eric Bott (je crois qu'elle s'appelle officiellement "grand bal de l'été", il n'a plus osé refaire le "bal du 14 juillet" des années précédentes - mais pas non plus un "bal du 21 juillet" qui serait quand même de circonstance).

Au passage, notons que les heures d'ouverture de l'administration communale de WSL sont en mode été : de 7 à 15 h, sauf 3 services mais non des moindres :

- Population / Etat civil / Casier judiciaire, qui n'assure (que) une permanence le jeudi de 7 à 19h,
- Etrangers, de 7 à 12h30 avec permancne le jeudi de 7 à 19h,
- Cartes d'habitants (parking) de 9 à 12h45 et fermé le vendredi, avec permanence de 17 à 19h le jeudi.

Enfin, notez une occasion de faire graver vos vélos (un excellent anti-vol !) ce dimanche 4 juillet de 10 à 16h au Wolubilis (place du Temps Libre).

Belle deuxième moitié de semaine sous le soleil, et bonnes vacances à tous les étudiants et leurs parents,

Alain

16:51 Écrit par Alain De Plaen dans Dossier vie quotidienne | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/06/2010

Elections: cherchons le bon côté des choses !

On ne va pas se le cacher, le résultat de ces élections n'offre pas vraiment de quoi se réjouir.  Ce n'est pas ce que j'avais espéré, personne ne sera surpris...

Vos journaux en sont pleins, voici donc une petite analyse de plus.  Une première conclusion d'abord : malgré les apparences, je ne trouve pas que ce scrutin indique des votes très différents en Flandre qu'en Belgique francophone.  La droite perd (MR et VLD), la gauche gagne (PS et, relativement à l'ensemble, SP.A et Groen!), la droite populiste fait un siège de justesse (LDD et PP), les tenants de la ligne dure communautaire cartonnent (NVA et FDF).  Mais comme comparaison n'est pas raison : analysons par région :

En Flandre, la poussée impressionnante de la NV-A a pris tout le monde par surprise.  Je m'attendais plus à 22-23% et un CD&V à 20%.  Mais le message est clair : pour l'électeur flamand, les problèmes communautaires ont assez duré et doivent maintenant être résolu.  Voter à ce point pour la NV-A, c'est dire clairement : assez de palabres, résolvez-moi ce bazar comme vous l'avez promis.  Le CD&V n'en a pas été capable, pas plus que le VLD : buiten !  Au passage, l'effondremenet de la LDD et, moindre mais substantiel, du Vlaams Belang est soulageant.  Mesdames et Messieurs les francophones, le flamand n'est pas raciste ou populiste, il en a marre.  C'est tout.  Seul problème, il veut aussi imposer sa solution.  Et refuse d'entendre la voix de la raison francophone qui rappelle l'égalité des belges devant la loi (n'est-ce pas, Mr. les bourgmestres de la périphérie), voire le bon sens qui dit qu'emm... les gens juste pour les emm... (circulaires Peeters & co), ce n'est pas la meilleure manière de donner confiance à ses interlocuteurs.  Enfin, il se fiche complètement du sort de Bruxelles.

En Wallonie, revoilà le PS.  Et même Michel Daerden.  C'est désespérant : que faut-il pour que l'électeur wallon perde sa confiance atavique en un parti qui a fait preuve à maintes reprises de son incapacité à redresser l'économie ou même à ne pas sombrer dans le clientèlisme - voire pour certains la malhonnêteté ?  A décharge, il faut reconnaître que de nouveaux visages PS semblent différents (mais l'expérience fait que j'ai du mal à y croire) et que l'offre concurrente n'a pas convaincu : Reynders en se mettant tout le monde à dos a empêché la réalisation de son "basculement du centre de gravité" de la Wallonie.  Ecolo et cdH n'arrivent pas à convaincre être autre chose que des appendices de gauche.  Le PP n'a pas réussi à convaincre non plus, faute à un discours trop populiste ("mettre l'armée dans les rues").

A Bruxelles, force est de constater que le MR n'existe plus que comme FDF : O. Maingain fait un score impressionnant (63000 voix pour 45000 en 2007), alors que là où 5 autres colistiers faisaient 20000 voix, les meilleurs font aujourd'hui 15000 - et 3 des 5 élus sont FDF, seule Corinne De Permentier et F.X. de Donnéa "sauvant" les libéraux.  Même A. Destexhe, pourtant 4ème, n'est pas élu, c'est dire...  Le cdH perd un peu, et si J. Milquet garde son (gros) score de 33000 voix - un peu plus de la moitié d'O. Maingain - sa tête de file bruxelloise B. Cerexhe perd 2500 voix (9800 pour 12300).  Le PS gagne comme en Wallonie : ici aussi, les électeurs tenants du "discours raisonnable" (du moindre risque ?) se sont rangés derrière Elio Di Rupo et Laurette Onkelinckx (40000 pour 33000 en 2007).  Pas que ça m'enchante, mais c'est un constat...

Bruxelles est d'ailleurs le grand perdant de ces élections : Bart De Wever n'en veut pas, O. Maingain est hors-jeu, Di Rupo n'est pas intéressé par la périphérie, J. Milquet est affaiblie et non indispensable.  J'invite tous les négociateurs à relire mon billet d'il y a quelques jours (http://alaindeplaen.skynetblogs.be/post/7942177/bruxelles...) afin que Bruxelles ne retombe pas dans l'immobilisme des années '70-'80.

Et maintenant ?  Si on veut avancer - et tous les vainqueurs y ont intérêt - il faut discuter.  Faire une "paix des braves" comme demandé par le Voka, l'organisation patronale flamande.  Les vrais discussions se tiendront sans doute entre NVA et PS, à charge pour le CD&V, le cdH, le SP.A, Ecolo et Groen! de donner leur avis sur les détails.  Pour le CD&V surtout, la pilule doit être amère !

Rayon "bonnes nouvelles", voyons aussi que les éléments de discussions raisonnables peuvent exister.  O. Maingain est hors-jeu avec le MR et sur le plan socio-économique, tous ces partis ne sont pas à des années-lumières.  De plus, un accord B. De Wever - Di Rupo - (Milquet - Thijssen) peut peser suffisamment lourd pour passer véritablement, pour qu'on puisse enfin remettre la Belgique sur les rails du 21è siècle : il y a du boulot !  Et pour ceux qui sautent immédiatement de la victoire de la NV-A à la scission de la Belgique, je rappelle qu'au Québec et en Ecosse, les indépendantistes ont aussi gagné des élections...

Allez, ça ne va pas être évident, mais comme le disait Joëlle Milquet : on va y arriver ! 

Bonne semaine,

Alain

P.S.  De plus en plus, je voudrais créer un espace de réflexion politique - un groupe informel de discussion, indépendant de partis politiques mais proposant des solutions aux problèmes du moment : le communautaire, mais aussi l'économique ou l'environnemental, selon l'actualité - ou pas selon l'actualité, d'ailleurs.  Je voudrais y prolonger l'esprit de ce blog, tant en français qu'en néerlandais.  En seriez-vous ?

16:30 Écrit par Alain De Plaen dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/06/2010

Inscriptions en 1ère humanités: échec ou réussite ?

Il y a quelques jours paraissait le résultat des "délibés" de la CIRI (commission inter-réseaux des inscriptions), chargée d'attribuer à chaque élève l'école "le plus de son choix possible" dans le respect des critères de priorité et des places disponibles.  Mi-jui, alors que ces mêmes élèves préparent leur CEB pour la semaine prochaine, il est bien temps.  Soit : voyons ce qu'il en est...

D'abord, sur les 2445 élèves qui n'avaient pu s'inscrire dans l'école de leur premier choix, 1777 ont pu être "casés" dans une école de leur choix...plus ou moins net : 615 dans leur 1er choix, 683 dans le 2nd, 274 dans le 3ème, 106 dans le 4ème, 64 dans le 5ème, 26 dans le 6ème et encore 9 dans les 7è, 8è et 9è (!!!) choix.  Et 668 dans aucune école encore.  En comptant tous les parents qui ont préféré choisir une école "prioritaire" plutôt que l'école de leur vrai choix, cela va faire beaucoup d'enfants "moyennement mal" incrits.  Ensuite, il apparaît clairement que le problème se situe à Bruxelles : sur les 687, 555 voulaient une école à Bruxelles.  Ca fait beaucoup !!!

Sur le site www.inscription.cfwb.be, vous pouvez consulter la liste des écoles complètes.  Elles sont 61, dont 35 à Bruxelles et 11 en Brabant Wallon.  Dans cette liste, on retrouve les "classiques" St-Michel, Sacré-Coeur de Jette, Ganshoren et Lindthout, St-Hubert, St-André, St-Julien Parnasse, St-Pierre (Jette et Uccle), ND des Champs, Decroly, Jean Absil... mais aussi Don Bosco, Fernand Blum,  Mater Dei, les Dames de Marie...  Dans les Woluwe, je n'ai guère repéré que la Providence (WSL), Jean XXIII (WSP) et les Athénées Royaux de WSL et de WSP qui soient "non complets".  Ainsi que la Vierge Fidèle, le lycée La Retraite ou St-Dominique à Schaerbeek, ainsi que St-Boniface.  Ou les lycées Jacqmain ou Daschbeek.

En Brabant Wallon, le problème se situe surtout autour de LLN - Wavre : le Christ-Roi, ND de Basse-Wavre, Martin V, l'AR Paul Delvaux à Lauzelle, St Jean-Baptiste et St-Albert sont complets.  Ainsi d'ailleurs que Cardinal Mercier. Par contre, il reste des places au Berlaymont...

A noter encore d'autres caractéristiques dans cette liste: les écoles libres confessionnelles dominent très largement : 46 sur 61 (75%), pour 14 "officielles" (communales et communauté confondus - 23%) et 1 libre non confessionnelle, Decroly.  A chacun d'en tirer ses conclusions...

Pour ceux qui sont "en rade", tout n'est pas perdu : d'une part, il reste des écoles de qualité avec places disponibles (mais conviendront-elles ?), d'autre part les écoles "complètes" verront encore quelques places se libérer, enfin il n'y a pas non plus de lien absolu entre "école complète" et "école de qualité".  Et encore moins avec "école adapté à mon fils / ma fille".

Mais tout de même, quel gâchis !  N'aurait-on pas pu, tout simplement, demander à chaque parent et jeunes de rencontrer les directeurs et équipes pour laisser les uns et les autres savoir ce qui correpsond à chaque jeune, tout en assurant un rôle de mixité via un "25%" de priorités "socio-économiques" ?  Malgré les différentes tentatives de "bon décret", je crois que moins de décret marcherait mieux - et atteindrait mieux l'objectif fixé...  comme une des conclusions des études PISA que l'on refuse de tirer est que plus de liberté pour les établissements (y compris sur l'engagement des profs) améliore la qualité de celui-ci.

Ce pays est sans doute avant tout malade de "sur-régulation".  Pour le prochain gouvernement, je propose un ministère de la "suppression de règlements et circulaires inutiles ou contre-productives" !

Bon weekend,

Alain

On va y arriver ! (avec de la bonne volonté)

On va y arriver - avec de la bonne volonté

En Belgique, cela fait maintenant 3 ans que les discussions communautaires bloquent tout.  Mais l'origine en est à chercher un peu plus loin : alors que les tensions s'accumulaient, les gouvernements Verhofstadt se sont focalisés, avec succès d'ailleurs, sur l'emploi et l'économie.  Et ont laissé le communautaire de côté - et la pression de la marmite monter...

Dans l'opposition, le cartel CD&V-NV.A se démenait et a obtenu en 2007 une grande victoire électorale basée sur un mensonge (ou une erreur, selon qu'on veut croire à de la naïveté ou à de la duplicité) : tout se résoudra au moyen de "5 minutes de courage politique".  Les 5 minutes se sont éternisées : il fallait bien cela pour que chacun évolue.  Côté flamand, à comprendre que la méthode du passage en force ne marche pas, et côté francophone, à accepter que ne rien vouloir changer n'était pas tenable.  Il a fallu 2 ans pour faire évoluer les mentalités - on y est aujourd'hui.  Il faut maintenant une dernière étape importante : trouver une solution au communautaire, qui est le seul véritable enjeu de ces élections, avant de pouvoir à nouveau s'attaquer à l'économie, à l'emploi, au bien-être.

Le cdH, par la voix de sa présidente-fondatrice (à vie ?), a publié un grand encart dans les journaux : "on va y arriver".  Et j'y crois.  Oui, on va y arriver, malgré les tensions accumulées, malgré les déceptions et les rancoeurs, malgré les obstacles tendus par l'opposition (quelle qu'elle soit !), malgré le score vraisemblablement élevé de la NV.A. 

On va y arriver, parce que les discours ont changé.  Chacun des acteurs de ce (parfois grotesque) vaudeville politique a compris que, pour BHV, pour nos institutions, il faut trouver un point d'équilibre par la voie de la discussion.

On va y arriver, mais sous la condition de mettre autour de la table ceux et celles qui sauront négocier - et négocier, ce n'est pas que du contenu, c'est aussi de la forme.  C'est là que nous avons, nous électeurs, notre mot à dire !

Qui voulons-nous avoir autour de la table ?  Qui saura concilier un contenu de qualité, une vision à long terme d'une Belgique sur les rails du 21è siècle, à un style qui évite bloquages, diabolisations et déclarations tapageuses ?  Qui saura placer l'intérêt de tous ses concitoyens avant celui de sa personne, de son parti ou même de "ses" électeurs ?  Qui saura être l'homme d'Etat (ou la femme) dont la Belgique a besoin ?  Celui-là (ou celle-là) - et je parle ici des "ténors", en tête de liste - a besoin de notre vote pour assoir sa crédibilité, comme les 800'000 voix d'Y. Leterme l'avait imposé en 2007. 

Ce dimanche, votons pour la Belgique du 21è siècle, dans un nouvel équilibre.  Votons pour des hommes d'Etat : ceux et celles qui ne font pas uniquement ce qu'il faut pour être élu, mais surtout ce qu'il faut une fois élu !

Excellent weekend électoral,

Alain

P.S.  Voter pour les ténors ne suffit pas - à vous de repérer parmi les autres candidats ceux et celles que vous voulez voir devenir les ténors de demain.  Je vous en propose trois - mais il y en a d'autres, dans tous les partis.

10:48 Écrit par Alain De Plaen dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/06/2010

Bruxelles: région indépendante, een gewest zoals geen andere !

Het Brussels Gewest: een volwaardig gewest, een gewest zoals een andere ?

Bart De Wever ging er hard tegen aan : het Brussels gewest moet verdwijnen.  Het is ook een typische uitlating van Vlaams-nationalisten : Brussel wordt "slecht beheerd" en hoeft geen gewest zoals een andere te zijn.  Het zal veel beter af zijn als het gezamenlijk beheerd wordt door de "twee grote gemeenschappen" van dit land.  De reactie van Brussels en franstalige kant was ook te verwachten : onaanvaardbaar !  Toegegeven : niet alles loopt perfect in Brussel.  Maar over het algemeen gaat het hier vrij goed - ja hoor, ondanks de recente krantenkoppen over onveiligheid in Brussel !

Eerste deel van de vraag : Is het Brussels Gewest een volwaardig gewest ?

Laten we op zijn minst de vraag durven stellen.  Wie de Brusselse realiteit kent (blijkbaar niet B. De Wever, dus), weet dat er een groot verschil bestaat tussen Brussel, enerzijds, en Vlaanderen of Wallonië, anderszijds.  De enige grootstad van dit land (niet per aantal inwoners, maar gemeten aan de internationale invloed), Brussel is ook de meest international stad van het land, als niet van Europa.  De studies tonen het ook duidelijk aan : niet allen het Nederlands, maar ook het Frans zijn  minder en minder de lokale voertaal - het Engels neemt hier een grote plaats in !  Daarentegen heb je ook een andere Brussel, voornamelijk in het centrum en het westen van de stad.  Multi-cultureel, gekleurd (in alle betekenissen), maar helaas ook met meer veiligheids- en werkeloosheidsproblemen.  De inwoners zijn er de eerste slachtoffers van, al wordt dit (te) vaak vergeten.

Over het algemeen is Brussel een bruisende stad.  Onderwijs is er eerder van kwaliteit - of eerder: er zijn hier heel wat kwaliteitsscholen.  Een redelijk goed werkend openbaar vervoer.  Veel creativiteit, kijk maar naar de Zinneke parade of de Dansaert-wijk.  Kwaliteitsuniversiteiten (ULB, VUB, UCL-Woluwe).  Maar wat Brussel echt bijzonder maakt, is haar hoofdstedelijk karakter, al meer dan 175 jaar.  Eerst van België, dan ook van Europa en van Vlaanderen.  De Brusselaar heeft zich dit ook eigen gemaakt : een Brusselaar is (en voelt zich) geen Waal of Vlaming.  Dat zal ook de reden zijn waarom Brusselaren zoveel van België houden : als wij geen Belgen zijn, wat zijn we dan ?

Ik ben net geen 40 jaar.  Ik herinner mij ook heel duidelijk hoe Brussel was vóór het een eigen gewest was.  De MIVB-STIB functionneerde barslecht, de pendelaars waren de enigen waarvoor openbaar vervoer belangrijk was, sommige wijken in het centrum waren aan het verkrotten en de grootse bouwprojecten hebben heel wat Brusselse wijken volledig vernield.  Architect is niet toevallig een Brussels scheldwoord !  Dat wil ik niet meer terug zien : Brussel heeft er noodzaak aan om zelfstandig beheerd te worden, dus een volwaardig gewest te zijn, niet een ondergeschikt "iets" van Vlaanderen en Wallonië samen.

Maar is het een gewest zoals een andere ?  Neen: Brussel heeft specifieke functies en specifieke noodzaken.

Als hoofdstad (meermaals), moet het kosten op zich nemen die niet van Brusselse oorsprong zijn - er werken in Brussel evenveel niet-Brusselaren als Brusselaren.  Gezien in België belasting geind wordt op basis van de woonplaats (en niet de werkplaats, zoals gewoonlijk in Europa), is er duidelijk nood aan compensatie hiervoor.  Ook onderwijs is een typisch Brussels probleem : de vraag naar tweetalig onderwijs is hier enorm en, aan Vlaamse kant, mag het niet, aan franstalige kant worden niet voldoende juffen en leraren hiervoor gevonden.  Conclusie : de nederlandstalige scholen zijn bomvol met franstaligen, tot af en toe het absurde toe.

Maar als hoofdstad heeft het ook plichten tegenover de andere gewesten en de Europese Unie.  Ik zou dus niet abnormaal vinden als deze inspraak krijgen in domeinen die een Europees of Belgisch karakter hebben.  Al moeten deze geen gedefinieerd worden.  Waarom geen vertegenwoordigers van Vlaanderen of Wallonië in de raad van bestuur van de MIVB ?  En omgekeerd, Brusselaren bij De Lijn en TEC ?  Idemdito, waarom geen EU, VL of WAL adviesplicht in de mobiliteitsprojecten, of de grote stedenbouwkundige ontwiikkelingen in het centrum of de Europese wijk ?  Of over grote culturele instellingen, met nationale invloed ?  Of over politieregelingen ?

Dit lijkt mij toch het bespreken waard : Brussel is wel degelijk een volwaardig gewest, en hoeft zo te blijven - maar ook een gewest zoals geen andere, een hoofdstad - en mijn lievelingstad !

Groeten,

Alain

 

14:48 Écrit par Alain De Plaen dans Réflexions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/06/2010

L'été revient, et la roller parade avec...

Allez, aujourd'hui, pas de considérations politiques ni de débat urbanistique.  Aujourd'hui, juste une invitation à rejoindre un de ces vendredis une des roller-parades bruxelloises de l'été.  Début ce vendredi 4 juin, fin le 24 septembre.

RP20090731_5

Pas besoin d'être un super-patineur, ni un grand sportif.  Seule condition, savoir maîtriser vos rollers y compris en descente.  Ou bien venir à vélo (mais c'est quand même moins sympa).  Ambiance, bonne humeur, quelques frimeurs et une majorité bon-enfant...

Départ à 20 h devant le Palais de Justice, retour entre 23h et minuit au même endroit, après 20-25 km à travers Bruxelles.  L'itinéraire change chaque vendredi, renseigné en général sur www.rouliroula.com et sur www.belgiumrollers.com.  C'est aussi sur ces sites que vous aurez confirmation, quelques heures à l'avance, que la parade a bien lieu (annulée en cas de pluie, par exemple - ou de sommet européen (18 juin) ) et quel parcours est choisi.  A noter que généralement (et ce vendredi compris), la parade débute par un tour de +/- 1h dans le quartier du Châtelain, avec retour entre Louise et Porte de Namur, à vitesse plus réduite et moins / pas de pentes, dit "tour des débutants". 

De l'eau est distribuée durant les pauses (merci le sponsor !), prévoyez éventuellement de l'eau quand même, un peu à manger et des protections genous / coudes / poignets, voire un gilet fluo et un casque (obligatoire pour les enfants).  En groupe, le risque de chute est plus important...

Parcours du 4 juin (sur le site de la zone de police de Bruxelles-Ixelles, http://www.polbru.be/Public/fr/News2635.html) :

 itinéraire 4 juin

Les stops indiquent les pauses (et le premier la fin du "tour des débutants" - attention, via la descente de la rue Crespel), les rues en grisé sont pour les "lâchés": la rue est bloquée complètement et chacun peut "foncer" à son rythme.

Ce vendredi, je n'en suis pas, hélas.  Mais je vous donne rendez-vous le vendredi suivant, 11 juin, histoire de faire une chouette balade le weekend juste avant les élections.

A bientôt,

Alain


14:27 Écrit par Alain De Plaen dans Invitations | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/06/2010

Petite info pour le MR: le 13 juin, on vote au fédéral !

Hier en tribune politique à la radio, ce matin dans ma boîte aux lettres, je reçois les slogans pleins de "respects" du MR.  Avec comme toujours, quelques idées, quelques lieux communs, de belles photos (sauf à la radio, Non décidé) et de beaux slogans.

Mais dans les deux cas, j'ai un peu de mal.  En premier thème, arrive l'enseignement.  Or, j'ai beau tourner cela dans tous les sens, les élections pour lesquelles on parlait d'enseignement, c'était quand même bien les élections régionales et communautaires l'année dernière, non ?  C'était d'ailleurs une des raisons pour laquelle je m'étais retiré...

Au fédéral, il n'y a aucune compétence sur l'enseignement (p 3).  Ni d'ailleurs sur la mobilité à Bruxelles (avant-dernière page), illustrée par une jolie photo d'un tram de la STIB, qui relève du budget... régional bruxellois.

Petite aide aux stratèges MR: au fédéral, les thèmes sont: l'organisation de l'état, l'emploi, la sécurité & la justice, la politique d'asile, l'armée, la coopération au développement, l'énergie, la sécurité sociale et les pensions, la place de la Belgique dans le monde, la fiscalité et dans une moindre mesure (compétences partagées) l'agriculture, la politique économique (PME, entreprises) et la politique scientifique et la mobilité (via le code de la route et la SNCB, notamment).  Pas l'enseignement, pas l'urbanisme, pas la politique culturelle, pas le sport et pas le commerce extérieur (ce qui est d'ailleurs une co....  Pardon : une erreur). 

De deux choses l'une : ou bien le MR nous prend pour des cloches, ou bien le MR n'a pas encore assimilé l'organisation fédérale de la Belgique - ce qui serait plutôt préoccupant à la veille de négociations où, justement, la réforme de la Belgique va être le thème prépondérant... 

Bon, d'accord, ici je critique le MR alors que d'autres en font peut-être autant.  Eh bien  jusqu'ici, les pubs électorales que j'ai reçues ne faisaient pas cette confusion.  Mais si vous en voyez d'autres, faites-le moi savoir : je compléterai.

Bonne semaine,

 

Alain

 

14:13 Écrit par Alain De Plaen dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/05/2010

Pour le 13 juin ? Pas d'Olivier(S) !

Cela fait maintenant quelques semaines que nous savons que les élections auront lieu le 13 juin prochain.  J'ai, comme beaucoup parmi vous, analysé les "offres" des différents partis à Bruxelles et en Belgique.  Et je vous livre ci-dessous mon analyse de la "votabilité" des partis en présence.

Je les prends par ordre d'importance décroissante au parlement, francophones d'abord et flamands ensuite.  Par nature, cet exercice est biaisé : je suis certainement plein de partis pris... mais j'essaie d'objectiver autant que possible.

Partis francophones

PS : un parti de solidarité, mais clairement porté sur la multiplication des règlements, directives, circulaires, volonté de mettre au pas la liberté des écoles (cfr. décrets inscription), nivellement par le bas...  Une attitude de dialogue constructif au niveau communautaire, mais un passé récent (pas uniquement un passé, d'ailleurs) de clientèlisme qui a mené la Wallonie là où elle est aujourd'hui et qui n'accepte pas de se remettre en question à Bruxelles là où un changement est nécessaire.  Bref, un choix que je trouve impossible.

MR - FDF : il y a de tout au MR.  Des belgicains à l'ancienne style A. De Decker, des libéraux pur jus style A. Destexhe, des libéraux-sociaux comme D. Gosuin et des communautaro-polémistes comme O. Maingain ou D. Thiéry.  Il y a des idées dans lesquelles je peux me retrouver, mais surtout en tête de liste à Bruxelles une personnalité, Olivier Maingain, dont le fond de commerce est le conflit et l'attitude provoquante, cfr. sa récente bannière sur la maison communale.  Cette tête de liste me ferme l'option MR.

cdH : si vous me lisez depuis longtemps, vous savez que j'ai parfois mes réserves sur le fonctionnement interne du cdH et son Milquet-centrisme, ainsi que sur l'accordage systématique avec le PS.  Mais je vois aussi une évolution, un programme à la fois dynamique et socialement attentif... et un futur-président d'un style différent.  Ainsi qu'une ribambelle de personnes de qualité, dont (liste non exhaustive) Damien De Keyzer, André du Bus et Julie de Groote que je vous recommande particulièrement.

Ecolo : c'eut été un choix possible, si le retour des ecolo-fondamentalistes style O. Deleuze n'avait été ce qu'il est.  J'apprécie leur vision communautaire (et de dialogue avec Groen!, même si c'était poussé par les circonstances), mais pas la PS-attitude, les apports au décret inscription (les critères de proximité) et la fermeture des centrales nucléaires.  Voter, c'est aussi un choix de personnes, et Olivier Deleuze en tête de liste, c'est non.

Parti Populaire : le nouveau venu.  Un choix dit "à droite", avec des idées simples voire simplistes, un discours communautaire intéressant, une volonté de renouveau à encourager, mais aussi un vide dans le prgramme : comment la solidarité entre les personnes est-elle organisée ?  Dire que le chômage doit être limité dans le temps, je suis d'accord, mais c'est un peu court.  Certaines parties du manifeste, sur l'insécurité et l'immigration, sont simplistes et limite de l'argumentaire extrème-droite.  Bref, pas ma tasse de thé, mais une alternative qui vaut d'être regardée - moyennant une dose d'inconnu : quid des personnes et de leur capacité à travailler en politique "gestionnaire", quid du seuil électoral ?

Je ne mentionne pas les autres partis, comme Belg.Unie ou ProBruxsel qui pour sympathiques qu'ils peuvent apparaître, ne risquent pas de passer et de peser.  Des voix perdues...

Côté flamand...

C'est là que va se jouer le véritable enjeu de ces élections.  Les partis qui tiennent à la Belgique vont-ils encore peser assez ensemble pour discuter, ou l'alliance NVA-Vlaams Belang sera-t-elle quasi-majoritaire et le pays sera totalement ingouvernable ?  Notez que je ne mentionne pas la LDD dans cette alliance, qui d'une part est en phase d'extinction (annoncée sous le seuil électoral), d'autre part n'est sans doute plus aussi républicaine flamande que cela, puisque son président en appelle au Roi...

CD&V : traditionnellement le "grand frère" du cdH, mais un profil plus flamand, plus centre-droit .  En tête de liste à Bxl, S. Van Ackere affiche le crédo suivant :

"We staan voor een tijd van zware keuzes. Een nieuwe regering moet de crisis verder te lijf gaan. Ze moet het budget beheersen en de sociale zekerheid veilig stellen. En eindelijk zorgen dat overheden beter en respectvoller samenwerken.

Wie zegt er dat onze toekomst ten prooi moet vallen aan blokkering, extremisme of improvisatie? CD&V geeft de dialoog, uw welvaart en de solidariteit niet op. We blijven geloven in beschaafde politiek. Reken op onze vernieuwde wil om problemen op te lossen in plaats van ze te creëren. En reken op onze vastberaden redelijkheid". 

Un discours dans lequel je peux me retrouver...  Le programme du Cd&V, de plus de 60 pages, compte 93 fois le mot "belge" ou "Belgique", 30 fois le mot "flamand" ou "Flandre".  En ajoutant que le CD&V a eu le courage de "virer" la NVA, je trouve leur discours communautaire tout à fait acceptable - même pour Bruxelles (ou le CD&V demande un droit de regard pour les domaines "qui touchent aux fonctions de capitale nationale" - ce qui n'est pas absurde (Bruxelles utilise l'argument "capitale" pour justifier des besoins de moyens supplémentaires), même si ces "domaines" doivent être définis avec soins.  Dommage que Michel Doomst soit troisième sur la liste et surtout premier suppléant...

Le CD&V, c'est donc mon "autre" choix possible, car sa force (ou sa faiblesse) sera celle de la Belgique du 21ème siècle.

o-VLD : je dois encore en analyser le programme point par point, mais la responsabilité du VLD dans la crise actuelle est grande, ce qui le disqualifie.

SP-A: contrairement au PS, le SP-A est plus "social-démocrate" que "socialiste".  Mais soutenir le SP-A au fédéral, c'est demander aussi le retour du PS...

NVA : faut-il vraiment discourir longuement ?  Voyez l'interview de Bart De Wever dans La Libre, l'attitude "deux poids, deux mesures" de Geert Bourgeois envers les bourgmestres du "Vlaamse Rand" et le choix est clair: des nationalistes pur jus sous des abords de gestionnaires raisonnables qu'ils ne sont pas.

LDD: cfr. supra, je ne sais plus quoi en penser.  Pas ma tasse de thé de toute façon...

En conclusion, mon choix sera le suivant :

1/ Pas d'Oliviers: ni Maingain, ni Deleuze, ni de coalition PS-cdh-Ecolo

2/ Oui au centre et au dialogue, via le cdH ou via le CD&V.

Bon, maintenant, c'est à vous de faire votre choix !

Bonne journée,

Alain

 

12:11 Écrit par Alain De Plaen dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

25/05/2010

Fédéralisme et confédéralisme

Les mandataires de tout le pays n'ont plus que ces mots-là à la bouche: confédéralisme, fédéralisme.  Mais qu'est-ce que c'est, en fait ?

Le fédéralisme, c'est quand un pays est organisé autour d'un pouvoir central (le niveau "fédéral"), qui délègue une partie de l'autorité à ses régions.  Ces délégations peuvent être limitées (France) ou étendues (Suisse), mais le noyau du pouvoir se situe au niveau du fédéral.  C'est le cas de la Belgique actuelle.

Le confédéralisme, ce sont des régions-pays qui délèguent une partie de leur pouvoir au niveau supérieur (confédéral).  La Suisse, malgré son nom, est fédérale - je ne vois guère que l'Union Européenne à être une confédération.

N'est-ce pas une différence purement sémantique ?

Non, car dans un état fédéral, il faut l'accord de l'ensemble du pays pour déléguer plus (ou moins) aux régions.  Dans un état confédéral, une région peut décider de ne pas (ou plus) déléguer.

Transposons à la Belgique et, typiquement, à la sécurité sociale.  En Belgique fédérale, c'est un accord national qu'il faut pour régionaliser tout ou partie de celle-ci.  En Belgique confédérale, il suffit qu'un parlement régional (flamand, en l'espèce) décide de ne plus déléguer vers le "national" pour régionaliser.

C'est pour cela que les nationalistes flamands plaident pour un état confédéral, car toute transformation des structures du pays peut être décidée seulement par le parlement flamand, alors qu'aujourd'hui il faut des accords (et donc des négociations - et des compromis).  O. Maingain a raison quand il dit que le confédéralisme est un piège à c.  Ce n'est pas souvent que je lui donne raison en domaine communautaire...  Je vous invite également à lire la réaction de Benoît Cerexhe à l'interview de B. De Wever (cliquez sur les mots soulignés). Heureusement, tout le monde n'a pas cette vision en Flandre...

A noter que dans l'interview de Bart De Wever, il plaide également pour une suppression de la loi de financement.  C'est dans le même esprit : on n'impose plus au niveau fédéral, mais au niveau régional.  En avant la concurrence fiscale, au niveau de l'impôt des sociétés surtout.  A l'heure de l'Europe, c'est absurde.  L'impôt serait alors perçu au lieu de travail (aujourd'hui, c'est au domicile) - avec à court terme, un gros rééquilibrage de la perception fiscale de Flandre vers Bruxelles (via tous les navetteurs).

Tout n'est pas noir: l'ambiance n'est plus celle de 2007.  Espérons que ces élections n'amènent pas les nationalistes à un tel niveau qu'ils "doivent" être de la négociation, alors que leur intérêt et objectif est que celle-ci ne donnent rien - démonstration de leur thèse de "la Belgique ne fonctionne pas".  Pensons-y dans l'isoloir...

Belle journée,

Alain


 

 

13:59 Écrit par Alain De Plaen dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/05/2010

Place Saint-Lambert: un potentiel ou un parking ? Une occasion manquée !

Place Saint-Lambert: un potentiel ou un parking ?  Une occasion manquée !

La place Saint-Lambert (celle de Woluwe, pas celle de Liège) est au coeur de la commune et un lieu bien connu des amateurs de cafés sympas et autres boutiques originales.  C'est là que, jeune, je refaisais le monde au Pré aux Sources et qu'aujourd'hui je vais m'approvisionner en farines à pain (15-20 kg/trimestre).

C'est aussi un lieu de marché, une brocante parmi les plus anciennes de Bruxelles le 1er dimanche du mois... et un parking illégal la plupart du temps (le centre de la place est interdit aux voitures au PPAS, mais en "zone orange" par la commune, ce qui a valu des échanges enflammés au Conseil Communal entre votre serviteur (et d'autres) et le bourgmestre).  C'est surtout un potentiel qui est à l'heure actuelle bien tristounet.

Bonne nouvelle, c'est un constat partagé par l'équipe en place.  Un nouveau projet a été présenté en février, faisant la part belle au parking (décidément, ce Collège voit en la voiture l'unique moyen de se déplacer...) y compris sur le piétonnier reliant la place au boulevard de la Woluwe.  L'accueil fut froid, euphémisme certain...

Et donc, dans une idée de "participation" la commune a proposé un groupe de travail avec "5 habitants et 5 commerçants tirés au sort parmi des volontaires".  Pas de traçes de représentants élus (ben oui, c'est cela les conseillers communaux), ni des associations existantes (de quartier St-Lambert, commerçants...) - mais, surprise, B. De Villers, le coordinateur de Wolu Inter-Quartier comme "habitant" alors qu'il ne s'est pas porté candidat. 

Avec un fonctionnement pareil, on peut se demander quel sera la valeur (y compris de démocratie participative) du projet que ce groupe va élaborer et quelle valeur la commune accorde aux gens qui se bougent dans l'associatif (comités de quartier et associations de commerçants).  Poser la question, c'est y répondre: l'associatif, "ce n'est pas assez contrôlé".  A chacun sa vision de la démocratie participative...

Gardons espoir que la commune change son fusil d'épaule à temps !  C'est justement la Pentecôte...

Excellent weekend,

Alain


Pour plus d'infos, je vous invite à visiter l'article du Soir à ce sujet (http://www.lesoir.be/regions/bruxelles/2010-04-10/la-nouvelle-place-saint-lambert-divise-le-monde-politique-763562.php ), le communiqué de WIQ (http://www.wiq.be/index.php), et l'avis d'Ecolo (http://www.woluwe-saint-lambert.ecolo.be/dossier-places-h.html). 


16:55 Écrit par Alain De Plaen dans Dossier urbanisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/05/2010

Plaques de rue


En Belgique, les rues portent normalement leur nom à chaque carrefour.  Ce n'est pas le cas partout, malheureusement et certains pays n'en apposent que sur les carrefours importants ou sur les rues secondaires. 

Ces plaques sont d'une grande utilité pour les passants, même ceux qui sont équipés d'un GPS.  D'où une demande : prenons-en soin.  Elles peuvent être vieilles ou neuves, en alu ou en émail, peu importe:

  • Un peu d'entretien pour couper les branches d'arbre qui les cachent,
  • Un coup de fil à la commune si elles sont illisibles,
  • Un peu d'attention si vous faites des travaux.

Pas grand chose, somme toute... et de quoi éviter des incidents comme celui-ci (photo à WSL, merci WIQ) :

plaque de rue

Bonne journée,

Alain

 

21:31 Écrit par Alain De Plaen dans Dossier urbanisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Avez-vous vu Caroline ?

Depuis février 2010, les lignes de tram 39 et 44 ont vu la disparition des plus vieux trams, la série 7000/7100.  Sans articulation, ils n'avaient de portes que d'un côté et un seul poste de conduite.  Ils avaient pour les premiers d'entre eux été mis en service dans les années '50, je n'ose imaginer le nombre de kilomètres parcourus...  Pour ces trams qui ne pouvaient repartie en arrière, les terminus (à Tervueren, Ban Eik et Montgomery) sont en "boucle".  Les terminus des autres lignes sont droits, comme pour les métros: arrivés au terminus, les trams y repartent en marche arrière.

Aujourd'hui, seuls les trams "7700" roulent encore: en deux parties, avec des portes des deux côtés et deux postes de conduite.  Sauf un, surnommé Caroline.

Caroline est un exemplaire unique: en deux parties, avec articulation, mais un seul poste de conduite et des portes d'un seul côté.  Caroline porte le numéro 7500 (et porte encore la livrée jaune et bleue).

A vous de la chercher !

Caroline

Et pour parfaire votre connaissance es-trams, vous pouvez aussi chercher un autrre exemplaire unique: "big moustache", un tram 7700 repeint en gris/cuivre/noir.  En fait, le premier repeint avec un succès mitigé et une grande "bavette" cuivre devant des "moustaches" noires.  On a repéré "big moustache" sur la ligne 51, à Montgomery.  Il porte le numéro 7766.

big moustache

Bonne journée,

Alain


12:15 Écrit par Alain De Plaen dans Information régionale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/05/2010

Décret inscription: un premier bilan, peut-être ?

Décret inscription: un premier bilan, peut-être ?

Il y a quelques jours a paru dans la presse un premier bilan de la version 2010 du décret inscription.  Où en est-on ?

Au total, plus de 42500 élèves se sont inscrits pour l'an prochain.  1250 élèves "devront être réorientés", donc n'ont pas eu de place dans l'école de leur (premier) choix, soit 3% des élèves.  Beaucoup, peu, à vous de voir.  A mon avis, on doit être dans le même ordre de grandeur qu'avant tous ces décrets.  Idem, 62 écoles saturées sur 478 donc 13%.

Mais bon, soyons positifs, le chaos est nettement moindre que les deux années précédentes, merci Marie-Do(minique Simonet, ministre en charge) et Julie (de Groote, présidente de la Cocof et qui a beaucoup travaillé sur ce dossier).  Alors, tout est bien qui finit bien ?  Non:

  • les critères de "proximité" me semblent toujours inéquitables, pourquoi priviliégier "l'école d'à côté" plutôt que "l'école de mon choix" qui est plus loin ?
  • l'effet de "peur" a été fort cette année, parce que si un enfant est "réorienté", les parents ont le sentiment de se voir imposer une école et donc de perdre le contrôle.  Témoin de cette situation absurde, le Collège St-Michel, emblématique des "écoles de qualité à Bruxelles" n'est semble-t-il pas complet, il y resterait une 40-aine de places (je ne suis pas certain de cette info, des rumeurs en sens divers circulant).
  • les règles tiennent compte de choix déterminés avant la mise en place du décret.  Si vous aviez choisi une école primaire en 2004 pour votre enfant, le décret écrit en 2009 le pénalisera ou l'avantagera en conséquence.  C'est comme juger une "culpabilité" sur des faits commis AVANT l'apparition de la loi l'interdisant.  En droit, cet effet rétroactif est impensable.

Surtout, je n'ai vraiment pas l'impression que l'objectif (la mixité sociale) soit rencontré, ni que ce qui devrait être le véritable objectif, un enseignement de qualité pour chaque enfant, ne soit pris en compte.  Plutôt que développer la qualité, on essaie de répartir la médiocrité.  A titre personnel, je ne comprends toujours pas pourquoi le résultat du CEB ne peut pas être pris en compte : l'examen est le même pour tous.  Un peu de méritocratie ne fait pas de tort à l'efficacité générale...  Quitte à compenser: si elle fixe un critère à "min 70% au CEB", l'école doit accepter des classes plus peuplées (ces élèves ont plus de facilité et donc moins besoin de suivi) qui si elle prend "min 50%".  Mais en Belgique, la récompense à l'effort est presque tabou.

Notez que le problème est général: dans l'enseignement néerlandophone de Bruxelles, on manque aussi de places... et encore plus d'élèves néerlandophones.  Et depuis cette année, la proximité y joue également un rôle, ainsi que le "premier arrivé, premier servi" sur un site Internet, qui est aussi discutable.

Encore une fois, je plaide (dans le vide ?) pour un enseignement régionalisé dans son organisation, mais avec un socle de compétences définies au niveau le plus élevé possible (national).

Bonne journée,

Alain


12/05/2010

Terug van weggeweest... De retour !

Terug van weggeweest... De retour !

Un titre bilingue pour annoncer mon retour sur mon blog... et un nouveau contenu, aussi, depuis que je ne suis plus conseiller communal.  Moins local, plus général.

D'abord un mot d'explication : pourquoi avoir arrêté le blog si longtemps ?  Je vous dois des excuses, en effet.  Notre déménagement n'a pas été sans mal et nous avons sans doute des travaux de bricolage pour quelques années.  Mais surtout, après avoir quitté le conseil communal, j'ai eu besoin de faire un "stop" politique quelques temps. 

Je vous entends déjà: tiens, tiens, les élections se profilent et le voilà de retour.  Ben oui, et pourtant je ne me présente pas.  Mais c'est vrai que ma fibre politique a repris la fièvre :

  • La Belgique a besoin d'être gérée, ce qui implique des décisions, et pas des "affaires courantes" permanentes depuis 2007,
  • Le problème "BHV" en est un réel, avec de vrais problèmes de démocratie - mais aussi de faux, et on fait un amalgame,
  • J'entends les extrémistes FDF et NVA crier fort que seuls eux sont capables de défendre les intérêts (légitimes, démocratiques...) et que "les autres" sont malhonnêtes, mous, "traîtres à la cause" (flamande ou francophone) - et ça m'énerve !
  • Un certain discours Ecolo revient, celui-là même que je n'ai jamais supporté, autour de "vérités absolues" qu'il est interdit de remettre en cause,

Comment, le FDF est extrémiste ?

A mon sens oui: comme Olivier Maingain, j'ai été formé chez les Jésuites.  Ceux-ci m'ont appris à discerner le fond de la forme et aussi le sens sous-jacent.  Quand Olivier Maingain affiche à "son" bureau qu'il faut nommer les bourgmestres de la périphérie, il dit (pour la forme) une chose qui est vraie (même s'ils ont eux aussi tout fait pour se retrouver dans cette situation), mais pas (au fond) que son texte est une provocation sans aucune autre portée (que d'ailleurs, aucune autre commune bruxelloise n'a suivie, pas même WB, Auderghem et Schaerbeek qui ont aussi des bourgmestres FDF), ni que (sous-jacent) que le FDF ne souhaite pas un règlement des problèmes communautaires en Belgique, car cela entrainerait sa disparition par manque de raison d'être. 

En politique, il faut choisir entre les "gestes" et les "actes".  Par les gestes qu'il commet, le FDF et son président empêchent les actes et les solutions.  Et il le sait parfaitement bien...  A nous de ne pas être naïfs !

Les circulaires en périphérie m'apparaissent tendancieuses et surtout, avec souvent comme seul but d'enquiquinner les francophones qui y habitent.  Mais c'st devant les tribunaux que se règlent ces problèmes d'interprétation de lois.  Or, jusqu'à présent, peu de recours ont été introduits et ceux-ci ont été perdu... Si on craint qu'une chambre "flamande" n'est pas neutre (et en effet, chaque juge est un homme ou une femme avec ses convictions propres), le combat politique doit être uniquement de faire en sorte qu'une cour bilingue juge ces conflits.

Beaucoup, moi compris, souhaitent l'instauration d'une circonscription fédérale.  Commençons par ce que nous avons déjà et regardons, réellement, les programmes des DEUX côtés linguistiques qui nous sont proposés.  Après tout, les Chrétiens Démocrates flamands ont, eux, largués leurs extrémistes...

Je ferai pareil: je chercherai celle, celui ou ceux qui défendront le mieux (le mieux, pas en criant le plus fort) la Belgique du 21ème siècle.  Sans clientèlisme, avec valorisation du travail et de l'effort, avec un soutien aux plus faibles, avec une vraie et forte solidarité, avec un enseignement de qualité, avec ouverture d'esprit (y compris envers la réalité de la population bruxelloise)...  Et avec un "grand Bruxelles" qui colle à la réalité, un respect de chacun dans sa langue, un souci de l'environnement concilié à la croissance, avec une économie forte et au service des gens !  A ce stade, je n'ai pas encore trouvé - mais je continue à chercher.   

Très heureux weekend prolongé à tous, si vous trouvez le soleil, ramenez-en un peu !

Alain

17:25 Écrit par Alain De Plaen dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/12/2009

Conseil Communal d'hier soir 14 décembre 2009: départ...

Conseil Communal d'hier soir 14 décembre 2009: départ...

Voilà, c'est fait.  Lors du Conseil Communal d'hier soir, j'ai annoncé officiellement mon départ du Conseil et de la commune.  Ci-dessous le bref discours que j'ai fait en début de séance à cette occasion, pour laquelle ma famille et des amis étaient venus me rejoindre sur les bancs du public.  Merci à eux, merci à vous de m'avoir soutenu et encouragé ces 3 dernières années et merci aux électeurs qui m'ont fait confiance en 2006 et que j'ai essayé de représenter au mieux...


Mr le Président, Mesdames et Messieurs les Echevins, chers collègues Conseillères et Conseillers, Mesdames et Messieurs, vous le savez déjà sans doute tous, mais aujourd'hui - ce soir ou cette nuit, en fonction de la longueur de ce conseil, je mettrai un terme à mon mandat de conseiller communal.

Je ne pars pas parce que je serais dégouté de la politique, effaré des évolutions financières de la commune - on en parlera tout à l'heure quand même un peu - ou déçu.  Bien au  contraire.  Non, il se trouve que les chemins de la vie font que ma famille et moi allons déménager dans une commune voisine et donc que, à regret, je dois démissionner de ce rôle de représentant qui me tient pourtant à cœur.  Mais la politique, pour passionnante qu'elle soit, n'est pas toute la vie non plus... 

Je vais donc profiter de la parole qui m'est donnée pour, surtout, remercier.   Remercier ceux, au cdH en premier, qui m'ont montré que la politique pouvait être un véritable engagement sans calcul à courte vue, un réel engagement pour le « bien commun ».  Michel Lemaire et Francine Bette, entre autres, m'ont énormément appris : merci !  Mais tant dans la majorité que dans l'opposition, et bien que j'aurais aimé que ces appellations décrivent l'inverse de la situation actuelle (heureusement, ça peut toujours venir, on revote en 2012 !)  j'ai rencontré des gens de qualité.  Vous m'excuserez de ne citer personne de plus, mais si vous vous reconnaissez dans cette description, vous aurez sans doute raison !

Je voudrais aussi remercier l'administration communale, Monsieur Vlasschaert, Madame De Maeschaelk, Madame Collard et tous les autres qui ont toujours été prêts - et prompts - à répondre aux questions parfois imprévues que je pouvais avoir dans le cadre de ce mandat.

En een laatste dankwoord voor de openheid van alle vertegenwoordigers, inclusief onze nederlandstalige collega's in de oppositie, als de communautaire problemen hier opdoken... terwijl ze in Woluwe niet leven en naar mijn begrip, eigenlijk hier niets te doen hebben... 

Arrivé à Woluwe en 1972, en politique en 1999 et au Conseil Communal en 2006, Woluwe-Saint-Lambert est la commune de mon enfance, de mes écoles maternelles et primaires à Parc Malou et l'Angelusinstituut, de mes activités sportives au White Star et au Wolu TC, de mon mariage et de ma vie jusqu'à aujourd'hui : une commune riche en possibilités, en communication - là, c'est Donald Fallon qu'il faut remercier -, en culture, et généralement en service à la population.  C'est une constante depuis 60 ans, m'a-t-on dit...  C'est avec enthousiasme que j'ai pu y veiller au nom de mes électeurs et je dois dire que, si en  2006-2007 les sessions de ce conseil étaient parfois inutilement tendues ou agressives, le temps guérissant les plaies et l'expérience mayorale augmentant, le modus vivendi actuel est nettement plus convivial.  Même mon déménagement forcé de l'autre côté de l'allée centrale, côté majorité, sera plutôt un bon souvenir.  Pour preuve, chacun fait chaque mois de son mieux pour prolonger la session au-delà de minuit, au moins Langue tirée.   C'est dire si on est bien !

Nul n'est irremplaçable et j'ai entière confiance en l'équipe cdH, en mes collègues « Cap » et en Christine de Jamblinne qui me succèdera pour reprendre avec compétence les dossiers en cours.   Je ferai dans d'autres lieux un bilan de ces 3 années, pour moi et pour l'équipe aux manettes de la gestion, mais ces bilans sont dans l'ensemble plutôt positifs.  Eh oui.   Pas parfait non plus, loin de là, ni sans défaut - de nouveau, on en reparlera ce soir. 

Voilà, merci également à ma famille et à mes amis qui m'ont soutenus ou supportés et qui sont encore là ce soir  - je ne vais pas la faire plus longue, il est temps, comme dirait le Président de séance, d' « entamer nos travaux » !


Ensuite, plusieurs membres du Conseil, majorité et opposition (B. Ide pour Ecolo, F. Bette pour "son groupe" (sic !), G. De Smul pour le CD&V, G. Désir pour la majorité, A. Broché pour le PS, O. Maingain et bien sûr M. Lemaire avec l'humour qui le caractérise pour le cdH) y ont été de leurs hommages.  Je ne suis pas (je crois) particulièrement prétentieux, mais bon, même si c'est en partie un exercice obligé, entendre chanter mes louanges - avec les mots "connaissance des dossiers", "sérieux" et "courtoisie" qui sont revenus plusieurs fois - donne un moment d'auto-satisfaction qui heureusement passera vite... Les cimetières sont remplis de gens irremplaçables !  Merci en tout cas à tous ceux qui se sont exprimés hier soir, y compris dans les couloirs, j'ai été touché.

Pour le Conseil proprement dit, je vais m'atteler à écrire un compte-rendu - on a surtout parlé de taxes, histoire de ne pas perdre les bonnes habitudes...

Excellente journée à tous,

Alain


 

 

 

12:32 Écrit par Alain De Plaen dans Conseil Communal | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/12/2009

Tram 94: des nouvelles


Vous avez certainement remarqué que les travaux de prolongation du tram 94 sur le boulevard du Souverain avancent bon train, le carrefour Tervueren / Souverain ayant été terminé cet été.

pour la suite, il y a quelques temps, je vous avais demandé votre avis sur le passage du tram 94: à gauche ou à droite du boulevard de la Woluwe ?

tram 94

La décision a maintenant été prise par la Région et l'itinéraire fixé côté "parc des Sources".  C'est il me semble une bonne décision.

Les travaux devraient débuter sur le boulevard au printemps 2010 et à l'heure actuelle la fin est toujours prévue, pour cette tranche-ci, pour 2010.  Les étapes suivantes, avec en premier lieu la prolongation vers Roodebeek (et traversée du boulevard à hauteur du carrefour Hymans / Vandervelde / Woluwe), étaient pour 2012, mais la situation bugétaire étant ce qu'elle est, un report est vraisemblable.

Le tram 94 rejoindra donc fin 2010 la boulevard de la Woluwe à l'entrée de WSL (rue de la Station / Jean XXIII) vers le boulevard du Souverain, Hermann-Debroux et ensuite vers le centre-ville.  Il fera la liaison en transports en commun de la deuxième couronne, en rempacement du bus 42 qui devrait lui être raccourci à hauteur de l'avenue de Tervueren dans un premier temps et à Roodebeek ensuite.

Bonne journée,

Alain


P.S. Tant qu'à être dans les infos "urbanisme", sachez que le projet de construction d'un (assez gros) immeuble à appartements au coin Albertijn / Brand Whitlock n'a pas passé le cap de la réunion de concertation.  Gabaris exagéré, vue sur le voisinage... Un ouf de soulagement pour les riverains !

08:30 Écrit par Alain De Plaen dans Information communale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tram, 94, woluwe, albertijn |  Facebook |