17/03/2009

Gardiennes encadrées: de l'action, et vite !

Ce weekend, les "gardiennes encadrées" manifestaient à Bruxelles pour exprimer leur mécontentement.  Et à juste titre: les gradiennes encadrées sont les "mal-loties" de l'accueil de la petite enfance.

Pour les distraits, les gardiennes encadrées (on parle aujourd'hui d'accueilllantes) sont des femmes qui ont comme métier d'accueillir chez elles et moyennant une (modeste) rétribution, des bébés et des enfants de 0 à 3 ans.  Même si pour beaucoup c'est "le plus beau métier du monde", ce n'en est pas moins un sacerdoce - et ce métier mérite une vraie reconnaissance, y compris matérielle.  Elles sont encadrées par un service d'encadrement (logique, Langue tirée) qui se charge de recueillir les paiement des parents et de payer les gardiennes.

Avec près de 10000 accueillantes en Belgique, elles sont une bonne part de l'accueil de la petite enfance, à côté des crèches privées et publiques.  Et sont aussi sans doute une bonne part de la réponse à apporter au manque de places dans les crèches, car les accueillantes ne demandent pas de gros investissements en infrastructure: elles accueillent chez elles !

Et que demandent ces accueillantes ?  Rien d'exagéré : une vraie couverture sociale, via un statut de salarié(e).  Ce qui ne semble que logique en compensation du travail fourni et du faible revenu (sauf erreur, 14 € bruts par enfant et par jour de présence de l'enfant, moins les frais, comme par ex pour les repas, souvent fait maison avec des produits frais...).  En détail, elles demandent :

  • Un revenu fixe ;
  • La reconnaissance et prise en compte des frais de fonctionnement ;
  • L'accès aux congés payés légaux ;
  • Le droit à la pension et la valorisation de l'ancienneté ;
  • Le droit aux allocations de chômage ;
  • L'accès aux soins de santé et la suppression du jour de carence pour la mutuelle ;
  • Le droit au congé maladie et la reconnaissance des maladies professionnelles;
  • La rémunération des jours de formation.

Rien n'a-t-il été fait ?  Si : en 2002, un statut social a été défini, même si insatisfaisant.  Et Catherine Fonck, cdH, ministre de la petite enfance, a apporté des améliorations, dont par exemple la possibilité d'être "co-accueillantes" à deux pour max 8 enfants, ainsi que l'ouverture via la Plan Cigogne II de places supplémentaires y compris pour accueillantes autonomes.

Mais franchement, en regard du temps et de l'énergie de ces "accueillantes", un vrai statut me semble un must.  Et rapidement !

Bonne journée,

Alain


 

13:54 Écrit par Alain De Plaen dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : accueillantes, gardiennes encadrees |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.