12/05/2009

présentation de candidats: Bernard Ide, Ecolo

Comme promis, voici une deuxième présentation d'un candidat aux élections régionales: Bernard Ide, chef de groupe Ecolo à Woluwe-Saint-Lambert et à ce titre ancien colistier sur les listes de Cap Woluwe en 2006.  Accessoirement, Bernard est également cycliste presqu'aussi acharné que moi. Mais bon, c'est normal, lui, c'est un Ecolo Clin d'oeil

En plus de son parcours politique, ci-dessous, Bernard m'a également envoyé son "bilan d'activité parlementaire" de 2001 à 2004. Mais celui-ci fait plusieurs pages et si je devais le poster sur mon blog, vous n'en verriez pas le bout.


Bernard Ide, 24ème candidat (tête de deuxième colonne) sur la liste Ecolo

B Ide


Mon parcours en politique


J'ai fait mon apparition sur le terrain politique en 1982, à l'occasion des élections communales à Schaerbeek.


Ma motivation initiale résidait dans le fait que j'habitais dans le quartier turc, qui était totalement délaissé par les autorités communales de l'époque. Le Bourgmestre FDF Roger Nols (qui allait plus tard devenir membre du FN) utilisait des pratiques d'exclusion et de rejet de l'autre que je trouvais inadmissibles. J'ai éprouvé le besoin de m'exprimer et ECOLO est passé par là : il me semblait que c'était le seul parti qui pouvait apporter de la fraîcheur et du renouveau. C'est donc bien pour des raisons d'éthique en politique plus que pour la protection de l'environnement que je me suis lancé dans la bagarre. C'est plus tard que j'ai compris que cet aspect là des choses méritait également qu'on s'y investisse.


Membre fondateur de la section locale ECOLO de Schaerbeek, je figurais en quatrième position sur la liste que nous avions déposée pour les élections communales de 1982. Nous avons eu deux élus, j'étais donc deuxième suppléant. Mais nous avions droit à un siège de Conseiller au CPAS, que j'ai occupé de 1982 à 1985. Dans une commune comme Schaerbeek, les enjeux sociaux sont immenses. Ce fut la première véritable occasion pour moi de me rendre compte que je pouvais améliorer la vie des gens en faisant de la politique. Le virus m'avait atteint et ne m'a plus quitté ! 


En 1986, par le jeu de la suppléance, je suis devenu Conseiller Communal, une belle expérience également : les socialistes de Guy Lalot courtisaient tellement la majorité que j'incarnais l'opposition à moi tout seul, mon collègue ECOLO étant fort effacé pour des raisons personnelles.


Mais j'ai déménagé en 1988 pour m'installer à Woluwe-Saint-Lambert, où j'ai immédiatement rejoint la section locale d'ECOLO en tant que militant de base. Je ne me suis donc présenté aux élections communales de 1988 ni à Schaerbeek, ni à WSL.


Ma « traversée du désert » s'est terminée en 1991, quand, grâce au gros score d'ECOLO aux législatives, j'ai été élu Conseiller Provincial pour la dernière législature de la Province de Brabant, qui allait disparaître en 1995. ECOLO n'a jamais été fervent partisan du maintien des provinces, moi non plus. Mais ce mandat a été pour moi l'occasion de me prouver que je pouvais me frotter avec certains qui étaient ou allaient devenir des personnes qui comptent dans la politique comme Françoise Dupuis, Bert Anciaux, André Antoine...

Je ne savais forcément pas encore à ce moment que le Palais provincial allait trouver une magnifique reconversion, somme toute logique, comme siège du Parlement bruxellois.


Fin 1994, j'ai eu le plaisir de « tirer » la liste des Ecolos aux élections communales de Woluwe-Saint-Lambert. Nous avons obtenu deux sièges (+ un). Et en 2000, à nouveau tête de liste, j'ai eu la grande joie de nous voir passer de deux à sept sièges, devenant même le plus grand groupe d'opposition.


Mon mandat de Député au Parlement bruxellois, longtemps souhaité, est devenu possible quand j'ai remplacé l'excellente Députée Anne Herscovici, devenue Présidente du CPAS d'Ixelles en avril 2001, suite à quoi, ne voulant pas cumuler les mandats, elle a donné sa démission de parlementaire.

J'étais donc toujours Conseiller Communal (et de police) le jour de ma prestation de serment en tant que Député. Comme à ECOLO on ne cumule pas (sauf dérogation), j'ai démissionné à WSL en me promettant d'essayer d'y revenir un jour : en effet je ne me vois pas vivre quelque part sans participer à la vie politique de cet endroit.

En 2004, année difficile pour ECOLO, je n'ai malheureusement pas retrouvé mon siège au parlement à la suite des élections régionales de 2004.

J'en ai profité pour me présenter à la fonction de secrétaire régional (mandat bénévole) d'ECOLO Bruxelles, fonction passionnante, indispensable pour notre parti, qui permet en outre d'avoir une vision globale de tout ce qui se passe dans notre région.

J'ai occupé cette fonction jusque début 2007.

En 2006 : nouvelles élections communales . Ecolo monte dans la train de la saga « Cap Woluwe », expérience enrichissante grâce à laquelle les Ecolos de Woluwe-Saint-lambert ont pu démontrer leurs qualités et le sérieux de leur travail aux autres membres de notre cartel. Ce fut l'occasion pour nous de nouer de solides amitiés avec des personnes d'autres partis, que nous respectons beaucoup. Ce fut aussi l'occasion de constater que tout le monde ne possède pas les qualités requises pour exercer le leadership, ce qui constitue la principale raison à nos yeux pour expliquer que nous n'avons pas obtenu plus de 16 sièges, dont, heureusement, quatre Ecolos !

A Woluwe-Saint-lambert, outre la fonction de conseiller communal, je me suis investi au CA de la société de logement social (1800 logements) « l'Habitation Moderne » et aussi à celui du « Fonds Sportif » de la commune

Enfin, en avril 2009, j'ai été désigné vice-président de l'Association des Anciens Parlementaires Francophones , fonction bénévole bien entendu. Voilà bien un mandat que je serais ravi de mettre entre parenthèses un jour : cela voudrait dire que j'aurais à nouveau la chance de siéger au Parlement Bruxellois !!!


Excellente journée,

Alain

22:26 Écrit par Alain De Plaen dans Présentations de candidats | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

MERCI!

Madame, Monsieur,

Dans un article de RESPIRE on pouvait lire... plus d'espaces verts!! et j'y croyais.
Comme il est décevant de voir abattre de SUPERBES arbres afin qu'ils laissent place libre à la construction de logements "sociaux".
La chaussée de Stockel où j'habite n'a jamais été très gâtée au niveau des améliorations, il suffit de constater que des travaux ont été exécutés aux alentours du stade Fallon mais pour la suite... rien.

Pourquoi ne pas avoir créé un parc ou une plaine de jeux "style Square Meudon".

Comment avoir laissé ainsi anéantir de si beaux arbres qui non seulement embellissent l'environnement, mais de plus purifient l'air, sont des écrans contre le bruit, protègent des rayons ultraviolets. En quelques mots, sont indispensables à la vie.
Il y a tellement de maisons abandonnées, non entretenues... pourquoi ne pas les récupérer pour créer les logements sociaux plutôt que de détruire le peu de nature qui nous reste.

A quoi bon prôner l'écologie, le respect de la nature si c'est pour laisser les intérêts financiers passer en priorité...

Oser espérer profiter bientôt d'arbres tels des cerisiers du Japon ou autres paraît impensable pour cette chaussée qui mène à la commune de Woluwe St Pierre où de plus en plus les allées sont arborées et fleuries.

Une habitante très déçue.

A-M Talon
245/3, Chaussée de Stockel
1200 Bruxelles

Écrit par : TALON A-M | 21/08/2009

Les commentaires sont fermés.