08/06/2009

Lendemain d'élection, premier bilan

Bon, le lendemain d'élections, tous les politiciens ont un peu la gueule de bois, même ceux qui comme moi n'en étaient pas.  Gueule de bois au propre, en cas de victoire ou au figuré en cas de défaite.

Tiens, justement, qui a gagné, qui a perdu ?

Première réponse, d'après les commentaires officiels des partis hier soir: tout le monde a gagné côté francophone (et les autres francophones ont perdu, :-)), l'open-VLD et le Belang ont perdu côté néerlandophone, la NV-A et le CD&V ont gagné.

Vous êtes d'accord ?  Bon, ben moi pas tout à fait.  Prenons les choses dans l'ordre, côté francophone.

  1. Le PS perd franchement, mais moins qu'attendu.  Je crois que les électeurs traditionnels PS ont eu peur de frapper trop fort, ou alors ils s'habituent aux scandales à répétition, mais ça reste quand même une claque de dimension.  Et à Bxl, la claque est très sévère: -8%, ce n'est pas rien.  En pure théorie, cela devrait renvoyer les socialistes dans l'opposition.  Mais bon, la théorie, dans ce domaine, ne vaut pas grand chose...
  2. Le MR perd également et ne doit son message de victoire à Bruxelles qu'à la plus grande défaite encore des socialistes.  Un siège de moins à Bruxelles, un autre en Wallonie.  Et un "centre de gravité" bien ancré à gauche.  D. Reynders devrait se pose des questions sur l'efficacité de sa stratégie aggressive...  Et en tirer des conclusions désagréables pour lui ?
  3. Ecolo gagne sur toute la ligne.  Et même si c'est moins que prévu, ça reste une belle victoire, visiblement d'avoir réussi à convaincre que les Ecolos-caliméros de 1999-2003 avait changé en un parti de bonne gouvernance.  Reste maintenant à démontrer cela sur le terrain...
  4. Le cdH perd un peu en Wallonie et gagne un peu à Bruxelles.  Ce qui est, je vous l'avoue, l'inverse de ce à quoi je m'attendais, décret mixité aidant.  En fait, le cdH ne gagne ni ne perd: statut-quo.
  5. Le FN perd et n'existe quasi plus: plus d'élus nulle part.  Bon débarras.
  6. Les autres petits ont perdu franchement aussi, du RWF au CDF qui perd quasi tous ses électeurs en Wallonie et ne fais même plus un demi-pourcent à Bruxelles.  Serait-il temps d'en tirer les conclusions ?

Côté néerlandophone, on a des résultats bien marqués aussi:

  1. Le CD&V gagne et pèse un peu moins de 23%.  On est loin des 30% mais c'est un score tout à fait honorable, surtout dans le contexte d'émiètement du paysage politique flamand
  2. L'open-VLD et le SP-A perdent largement.  Qui un peu plus, qui un peu moins.  Au moins, l'open-VLD l'a-t-il reconnu...
  3. Le Vlaams Belang perd mais reste bien gros à mes yeux.  Mais comme des alternatives crédibles existent, il perd du poids...
  4. La NV-A est le grand vainqueur, ainsi que la LDD (dans des proportions moindres, mais celui-ci consolide son score surprise de 2007).  A mes yeux, l'électorat flamand ex-Vlaams Belang s'est séparé en différentes fractions: les racistes au Belang, les populistes néolibéraux chez LDD et les séparatistes à la NV-A.  Ces deux derniers ont été rejoints par des anciens du VLD et du CD&V qui veulent un changement mais qui se refusaient à voter pour les racistes du VB.
  5. Groen! déçoit.  La aussi, il faudra se demander quelles conclusions tirer... y compris sur le "cartel" avec Ecolo (qui me plaît fortement), mais qui a sans doute réussi à Ecolo mais a pesé sur Groen!, pas assez flamand.

Il faut noter qu'à Bruxelles, les choses sont différentes: le VLD (porté par l'imagne "belgicaine" de Verhofstadt et le côté bien bruxellois de G. Van Hengel) et le SP-A (et son ministre du vélo Pascal Smet) ont plutôt fait un très beau résultat.  Ici aussi, le VB se prend une claque que personne ne regrettera.

Et maintenant ?  On va voir, mais le choix d'un accord francophone dit "Olivier" me semblerait logique, car le MR n'est pas en position de s'imposer - même si mon choix personnel porterait plutôt sur une "Namuroise" (MR-Ecolo-cdH).  Mais comme je doute qu'on me téléphone pour me demander mon avis...  We zullen wel zien !

En Flandre, un accord logique serait d'associer CD&V/VLD/NVA, soit un gouvernement résolument à droite et bien flamand.  Et si on part à la fois vers un Olivier wallo-bruxellois et un centre droit bien flamand en Flandre, je ne vois pas comment H. Van Rompuy va réussir à concilier tout cela au gouvernement fédéral.  Avec en conséquence de nouvelles élections fédérales à brève échéance...  Et une n-ième "grande réforme de l'Etat", avant ou après.

Tiens, je n'ai rien dit des élections européennes.  Parce que tout le monde s'en f... ?  Un peu, mais c'est pourtant injustifié.  Là cependant, l'enjeu n'est pas belge et je dois d'abord prendre un peu de recul.

Excellente journée,

Alain


12:32 Écrit par Alain De Plaen dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : elections, bruxelles, wallonie, flandre |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.