23/06/2009

Jean-Claude Defossé, Mahinur Ozdemir

Deux nouveaux élus doivent prêter serment aujourd'hui au parlement bruxellois et font débat.

L'un, Jean-Claude Defossé, parce que son nom de famille (Defossé) n'est pas son nom légal: il s'appelle en vérité Jean-Claude Dubié.  Or, seul le prénom peut théoriquement être différent, si un autre est d'usage (ex: Jean-Philippe dit Johnny).  L'autre, Mahinur Ozdemir, parce qu'elle porte le voile et que ce serait contraire à la séparation de l'Eglise et de l'Etat.

Et alors ?  Commençons par Mme Ozdemir.  A la différence des fonctionnaires, les élus ne sont pas sensés être neutres.  Au contraire même, nous avons été élus sur base de nos convictions et de nos programmes !  Que ces convictions soient visibles ne peut pas poser problème.  La situation changerait si Mme Ozdemir devait être nommée bourgmestre (premier magistrat d'une commune et donc représentant tous les citoyens), présidente d'une assemblée, ministre ou échevine.  De plus, j'ai rencontré Mme Ozdemir a plusieurs réunions cdH et je vous assure qu'elle n'est ni soumise, ni sans idées propres, ni sans volonté de s'exprimer quand c'est nécessaire - et c'est ce qu'on demande à un élu.

Et Jean-Claude Defossé ?  Là, le cas est à mon avis encore plus simple.  Même si le cas n'est pas prévu par la loi, une chose est claire: les électeurs qui ont voté pour lui savaient très bien pour qui ils votaient.  C'est cette personne-là qui est élue: respecter le choix des électeurs, c'est lui permettre de siéger - même si je pense depuis le début que JC Defossé n'aurait pas dû être sur les listes Ecolo en se retirant si tard de l'antenne à la RTBF ou aurait dû se décider plus tôt et observer le recul nécessaire.  Mais JC Defossé est élu démocratiquement, il doit siéger, point !

Pour terminer, un petit mot: je suis surpris (?) de voir à quel point le même député, Denis Ducarme fils de l'autre, s'en prend aux déclarations du Pape sur le préservatif en Afrique et au voile de Mahinur Ozdemir - mais reste silencieux sur la situation en Iran, par exemple...  De là à n'y voir qu'un calcul électoral, il n'y a qu'un pas.

Excellente journée,

Alain


09:35 Écrit par Alain De Plaen dans Information régionale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.