22/09/2009

Conseil Communal du 21 septembre 2009: compte-rendu

Avant de commencer, un petit mot pour expliquer cette longue absence sur mon blog.  L'été et le début de l'automne ont été très, très, très chargés côté privé et côté professionnel - et le sont encore.  Je reviendrai là-dessus, car ce n'est pas sans conséquences politiques...  Rassurez-vous, ça devrait aller mieux dans quelques semaines.

Petit résumé du Conseil Communal d'hier soir.

Un bourgmestre qui manque de classe...

En ouverture du Conseil, Michel Lemaire signale en l'absence de G. De Smul, conseiller communal CD&V, que celui-ci a été honoré lors du dernier 21 juillet comme « bénévole professionnel » (Born in Africa, Médecins sans frontières...)  et a reçu à cette occasion la distinction de « commandeur de l'Ordre de la Couronne », cfr. http://www.diplomatie.be/fr/press/homedetails.asp?TEXTID=97508.

A ceci, le bourgmestre n'a répondu que « certaines personnes sont honorées afin de masquer les défauts qu'ils ont par ailleurs, c'est classique ».  C'est Philippe Geluck, honoré en même temps, qui va apprécier...  Monsieur Maingain, voilà qui manque singulièrement de classe !  D'autant plus que G. De Smul était absent, précisément parce que parti un mois dans un township en Afrique du Sud aider l'ONG « Born in Africa » qu'il préside et où travaille sa fille.   Félicitations, Georges !!!

Règlement de police : des modifications qui concernent tout le monde

Nous avons eu à modifier le règlement général de police, afin d'interdire les dispositifs « anti-jeunes » à ultra-sons (c'est la suite d'une interpellation de JF Thayer il y a quelques mois), d'interdire de bloquer par des véhicules ou des chantiers l'accès aux vannes de gaz (avec une inquiétude de ma part, car celles-ci, sous les trottoirs, ne sont pas toujours bien visibles), ainsi que d'imposer que tous les noms des occupants d'un logement soient sur la sonnette .  La justification en serait la sécurité (afin que les services de secours sachent qui habitent où en cas d'urgence), je crois plutôt que cela permet plus facilement de recenser les habitants non domiciliés.  Cette modification a fait débat : quid des familles recomposées ?  des gardes alternées ?  des soucis de discrétion parfois légitime ?  des conséquences pratiques pour certains tableaux de grands immeubles ?  Le bourgmestre a balayé ses objections, qui sont pourtant réelles : je me suis abstenu sur ce vote.

Comités de quartier : subsides

Chaque année, un subside est attribué aux Comités de Quartier, soit cette année 250 € par comité (270 l'an dernier).  Ce subside permet d'organiser des réunions, de photocopier des tracts etc.  Pas de problème, sauf que certains de ces comités n'existent plus vraiment - et reversent ce subside séance tenant à une association caritative, ce qui n'est évidemment pas le but.  J'ai donc proposé de demander à chaque comité de présenter, pour l'année prochaine, leur projet.  Oh, pas bien long : quelques lignes suffisent, mais si le comité n'existe plus, il ne passera pas ce minuscule obstacle.    La proposition a été acceptée et sera coulée dans un règlement.  A suivre...

Une nouvelle voirie, la rue de la Spiruline

La rue derrière le parking Roodebeek, joignant la chaussée de Roodebeek et l'avenue Jacques Brel, a été baptisée « rue de la Spiruline », du nom d'une bactérie alimentaire qui aurait été redécouverte par un ancien échevin.  Soit, si ça les amuse...  Ceci dit, cela facilitera sans doute le lotissement le long de cette voirie : à suivre, donc, aussi.

Subsides Wolubilis

Sous l'intitulé anodin « associations diverses, susbides, octroi, approbation », nous avions à approuver les subsides du Comioté Culturel (465 000 €), du Village Culturel (Wolubilis), 1 450 000 € et de la Galerie de Prêt d'œuvres d'Art (60 000 €).  Soit les 2 millions d' € que coûtent le Wolubilis chaque année (le Comité Culturel ne fait cependant pas que cela).

Que voyons-nous ?  En fait, l'occupation du Wolubilis stagne (215 occupations en 2008 pour 217 en 2007, toutes salles confondues), mais surtout le « culturel » (de 140 à 107 jours de 2007 à 2008) recule devant l'occupation « privée » (de 57 à 78 jours), plus rentable - mais moins dans l'objectif initial de ce mastodonte.  O. Maingain affirme que bien sûr ce sera très différent à l'avenir, que l'intérêt des gens est croissant etc.  Vous connaissez la rengaine « demain, on rase gratis ».  Les chiffres, eux, sont clairs : le Wolubilis coûte 2 millions d'€ par an et peine à trouver sa place culturelle, d'où l'occupation privée et même l'engagement d'une personne à plein temps pour démarcher les entreprises.

La suite pour plus tard...

Excellente journée à tous,

Alain


11:01 Écrit par Alain De Plaen dans Conseil Communal | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.