25/11/2009

Conseil communal du 16 novembre 2009: un peu de tout, beaucoup de rien...

Après quelques semaines d'inactivité, voici enfin le compte-rendu du dernier conseil communal.  Il y a un peu de tout, mais aussi beaucoup de points que je ne mentionnerai même pas, de pure gestion administrative.

Vous souvenez-vous de la remarque d'O. Maingain ("une décoration pour cacher les défauts qu'on a par ailleurs, c'est classique") en septembre dernier, qui avait tourné en dérision la reconnaissance royale (commandeur de l'ordre de la Couronne) attribuée à Georges De Smul, conseiller CD&V, pour ses années de dévouement (et plus de 100 marathons) pour l'ASBL "Born in Africa" et Médecins sans Frontières ?  Après l'attribution officielle de la récompense au Palais Royal de Laeken en journée, Georges eut droit à un "rattrappage" du bourgmestre, en néerlandais s'il vous plait, en entame du Conseil.  Et Georges remercia, en plus de ses amis venus nombreux pour le fêter, ses collègues du conseil et du collège, et en particulier Michel Lemaire.  Une fois encore: bravo, Georges !

Le Conseil entama également sur une note plus triste, en tout cas pour le cdH: Francine Bette a choisi de siéger dorénavant comme indépendante, fatiguée par le positionnement du cdH (national et régional, pas communal) envers une ancienne candidate-bourgmestre bien connue.  Un choix que je regrette et qui je l'espère ne sera que temporaire, car Francine est une conseillère présente et engagée comme peu dès qu'il s'agit d'aider les plus faibles.  Son travail démontre l'humanité qui est (devrait être) la marque de fabrique du cdH - et en plus, quelqu'un que j'apprécie énormément.  Décidément, le "recrutement" de D. Caron n'arrête pas de faire des dégats au cdH de WSL...

Passons ensuite au conseil proprement dit.

Différentes associations subsidiées devaient faire valider leur rapport annuel et se faire octroyer les subsides "promis".  Deux m'ont interpelé principalement: d'une part, l'ASBL "Le Pied de la lettre" dont j'ai déjà parlé ici, qui reçoit un large subside (50000 €) dont en 2008 la très grande majorité (36000 €) ne fut pas utilisé et a été "provisionné", en fait pour servir, Maingain dixit, de liquidité pour les activités à venir.  Espérons au moins qu'à l'avenir ce budget sera dépensé plus utilement et de façon plus pluraliste qu'à présent.  La promotion de l'écrit vaut d'être soutenue, d'où le vote favorable des élus cdH.

L'autre ASBL qui fit problème était la "Maison de la Laïcité".  Subside 7500 €.  C'est toujours délicat, comme catholique pratiquant, d'aller critiquer ce genre d'association.  Mais quand même: le rapport était indigent : une page, soulignant principalement 2 activités: un "voyage d'étude" à Bièrcée (la brasserie) pour resserer les liens (soit), ainsi qu'une conférence... d'Anne-Marie Lizin.  Le budget fut proposé par l'échevin D. Frankignoul, en charge de ce dossier, car le trésorier de l'association, un certain D. Frankignoul, avait vraiment démontré que ce budget correspondait à l'argent utilisé.  Argument nul: je suis effectivement certain que les membres d'une ASBL de "contacts sociaux" peut effectivement utiliser ce budget, fut-ce en emmemant ses dirigeants au restaurant grand luxe.  Pour l'anecdote, une conseillère de la majorité et laïque jusqu'au bout des ongles, vint me trouver dans le couloir pour me dire qu'elle était d'accord avec moi.  Différence quand même : j'ai, moi, exprimé mon désaccord - surtout sur l'indigence du rapport - par un vote, elle a docilement voté "oui".  Pour rappel, quand il a été introduit il y a quelques années, ce subside était de 500 €. 

Pour le reste, le principal point de discussion fut une n-ième modification du règlement de parking.  Cette fois, c'est spécialement tarabiscoté, pour attrribuer "une heure gratuite" aux personnes qui viendrait se garer place St-Lambert à l'heure du midi, pour autant qu'ils prennent deux heures payantes, et récupèrent leurs voitures avant 15h.  Rien sur le ticket: les contrôleurs appliqueront dans ce cas une "tolérance".  En avant la simplicité...  Rappelons au passage que le parking "orange" au milieu de la place est complétement illégal, en zone piétonne au PPAS.

J.F. Thayer (cdH), particulièrement actif sur ce point, souligna l'absurdité de ce dispositif: peu compréhensible, injuste (seuls ceux prenant leur ticket entre 12 et 13h, pour 2h, auront un gain partiel, inutile (qui prend plus de 2h comme pause à midi ?), injuste pour les autres restaurateurs de la commune (av Georges-Henri, place Verheyleweghen...)...  Il proposa donc, au nom du cdH, de le modifier: pour garder l'esprit de la proposition: 1h gratuite pour 1h payante (ce qui permet en effet de prendre un ticket d'une heure, mais de ne pas stresser si on a un peu de retard) et extension à l'av Georges-Henri.   Deux refus d'O. Maingain: l'av Georges-Henri est "un problème spécifique qui devra être réglé séparément" (on voudrait bien savoir quand, l'enquête à ce propos étant maintenant terminée depuis plus d'un an), et la proposition cdH "permettrait aux gens de manger puis d'aller faire leurs courses au Shopping".  Absurde, car si ceci est vrai pour une pause de 2h, ce l'est encore plus pour la proposition initiale de 3h.  Simplement, la proposition cdH permettrait d'aller plus loin que de la poudre aux yeux, et ça n'est visiblement pas acceptable: refus majorité - opposition. 

Côté tennis, le Conseil a voté l'acquisition de nouveaux aérothermes (chauffage) pour les bulles 9 et 10 du stade Fallon.  Logique: les anciens chauffages consomment beaucoup et de plus, on cuit d'un côté pour geler de l'autre.

Le Conseil a "pris connaissance" d'un budget de 81070 € pour permettre la signalisation des sites touristiques de la commune.  Coïncidence ?  Ce budget est fixé à l'€ près au maximum de ce qui peut passer "pour information" et non "pour approbation" (avec vote, donc) par le Conseil (67000 € plus TVA, soit... 81070).  Et alors que l'offre de prix sur lequel se base ce budget est de 500 € supérieure.   Petits arrangements... Reste à voir si la tutelle régionale ne va pas s'y opposer, ce qui serait sain.

Un nouveau règlement a été proposé et accepté de nettoyage des graffitis par les service communaux sur les bâtiments privés et, pour des bâtiments d'enseignement, également non-privé.  A un tarif très avantageux, histoire de garder la commune la plus agréable possible, d'autant plus que les graffitis sont contagieux.  Une bonne idée dont O. Maingain vous reparlera certainement dans le prochain Wolu-Info.  Plus préoccupant, l'annonce du bourgmestre (ce ne sera pas dans le Wolu-Info) de sa volonté de rendre le nettoyage (par la commune ou par d'autres) des graffitis obligatoires "par exemple au moyen d'une taxe sur les graffitis".  Bref, si vous vous faites taguer, vous payez de toute façon, pour enlever le graffiti ou pour le laisser.  Une taxe sur les victimes, quoi...

Enfin, vous vous souvenez peut-être de la baisse très importante des tarifs "tennis" au stade Fallon pour augmenter le nombre de joueurs.  E. Bott en était très fier et avait fanfaronné avec cette baisse dans la presse.  Maintenant que c'est fait, on peut faire marche arrière: réaugmentation des tarifs du tennis au stade Fallon, +15% en moyenne.  La réalité budgétaire a ses raisons... Ceci dit, ces tarifs restent on ne peut plus attractifs par rapport aux tarifs dans les clubs privés. 

Puis vint le tour des interpellations, 8 "seulement":

  • M. Lemaire, JF. Thayer et moi-même sur les échecs à répétition des ventes publiques de bâtiments communaux: villa Rucquoy (offre 800'000 € pour minimum 1,2 M€), ancienne bibliothèque des Floralies (offre 120'000 € pour minimum 300'000 €) et maison chaussée de Roodebeek (minimum 200'000 €).  "C'est pas nous", dit le bourgemstre, c'est le receveur de l'enregistrement qui fixe les prix.  Bof, si le Collège savait que c'était trop, il n'aurait pas dû proposer de vendre à ce prix-là, ce qui coûte les frais de publicité et de vente sans résultat.  Nous avons proposé, en l'absence de valorisation convenable de ces biens, de réétudier leur utilisation par la commune: habitation intergénérationnelle ou bail emphytéotique pour la villa Rucquoy (comme au 't Slot sur le boulevard), crèche par exemple pour la bibliothèque des Floralies, logement de transit pour la chaussée de Roodebeek.  Refus catégorique: "manque de moyens".  Moi qui n'arrête pas d'entendre le bourgmestre clamer la solidité des finances communales...
  • Une motion (de la majorité) de regret de retrait des "chèques sport" de la communauté française (par économie budgétaire).  Regret que je partage, mais quand on voit les cotisations demandées par le White Star FC, la commune est mal placée pour faire la leçon.  E. Bott le reconnaissait lui-même: ces cotisations étaient très très chères, mais leur non-inflation les a rendues depuis "très chère" puis "chère".  Sur le refus du débat, l'opposition presque complète quitta la salle, mais deux conseillers (F. Bette et S. Ector (VLD)) assurèrent le quorum et le vote.
  • Deuxième motion majoritaire "relative à l'inspection pédagogique dans les écoles francophones des six communes à facilité".  Encore une des ces motions, inutiles et qui ne concernent pas WSL, qui permettent à O. Maingain d'utiliser son poste de bourgmestre comme piédestal pour président du FDF.  Les conseillers présents (cfr. supra) votèrerent favorablement.  Tiens, O. Maingain n'est-il pas député fédéral, où le débat serait plus à sa place ?
  • Deuxième interpellation cdH de la soirée, JF. Thayer et moi-même avons proposé de donner le nom du "9 novembre 1989" (chute du mur de Berlin et donc début de la réunification allemande et européenne) une place ou artère communale.  Le bourgmestre y étant favorable, il a demandé que cette proposition soit renvoyée en commission pour le prochain Conseil.  Au passage, il pourra présenter cette proposition comme la sienne (on reste en politique), mais c'est secondaire...

Le conseil finit relativement tôt (minuit et demie).  Pas plus mal : la majorité des conseillers sont actifs professionnellement.

Belle journée, dans le vent d'automne,

Alain


P.S.   Difficile de ne rien dire sur la prestation de serment du "nouveau" premier ministre.  Je partage les craintes de beaucoup: Y. Leterme n'a-t-il pas déjà prouvé avoir atteint là le niveau de Peter, son "seuil d'incompétence" ?  Seulement, voilà: la politique, c'est parfois aussi l'art du possible - visiblement, aucune autre option ne l'était.  Espérons au moins qu'il ait appris de ses erreurs passées... Ceci dit, comme premier ministre, je trouve la manière faible: grosso modo, personne ne lui fait confiance, pas même son propre parti.  Bonne chance néanmoins: la Belgique ne peut plus se permettre le retour à la période 2007-2008.

11:41 Écrit par Alain De Plaen dans Conseil Communal | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.