14/05/2010

Décret inscription: un premier bilan, peut-être ?

Décret inscription: un premier bilan, peut-être ?

Il y a quelques jours a paru dans la presse un premier bilan de la version 2010 du décret inscription.  Où en est-on ?

Au total, plus de 42500 élèves se sont inscrits pour l'an prochain.  1250 élèves "devront être réorientés", donc n'ont pas eu de place dans l'école de leur (premier) choix, soit 3% des élèves.  Beaucoup, peu, à vous de voir.  A mon avis, on doit être dans le même ordre de grandeur qu'avant tous ces décrets.  Idem, 62 écoles saturées sur 478 donc 13%.

Mais bon, soyons positifs, le chaos est nettement moindre que les deux années précédentes, merci Marie-Do(minique Simonet, ministre en charge) et Julie (de Groote, présidente de la Cocof et qui a beaucoup travaillé sur ce dossier).  Alors, tout est bien qui finit bien ?  Non:

  • les critères de "proximité" me semblent toujours inéquitables, pourquoi priviliégier "l'école d'à côté" plutôt que "l'école de mon choix" qui est plus loin ?
  • l'effet de "peur" a été fort cette année, parce que si un enfant est "réorienté", les parents ont le sentiment de se voir imposer une école et donc de perdre le contrôle.  Témoin de cette situation absurde, le Collège St-Michel, emblématique des "écoles de qualité à Bruxelles" n'est semble-t-il pas complet, il y resterait une 40-aine de places (je ne suis pas certain de cette info, des rumeurs en sens divers circulant).
  • les règles tiennent compte de choix déterminés avant la mise en place du décret.  Si vous aviez choisi une école primaire en 2004 pour votre enfant, le décret écrit en 2009 le pénalisera ou l'avantagera en conséquence.  C'est comme juger une "culpabilité" sur des faits commis AVANT l'apparition de la loi l'interdisant.  En droit, cet effet rétroactif est impensable.

Surtout, je n'ai vraiment pas l'impression que l'objectif (la mixité sociale) soit rencontré, ni que ce qui devrait être le véritable objectif, un enseignement de qualité pour chaque enfant, ne soit pris en compte.  Plutôt que développer la qualité, on essaie de répartir la médiocrité.  A titre personnel, je ne comprends toujours pas pourquoi le résultat du CEB ne peut pas être pris en compte : l'examen est le même pour tous.  Un peu de méritocratie ne fait pas de tort à l'efficacité générale...  Quitte à compenser: si elle fixe un critère à "min 70% au CEB", l'école doit accepter des classes plus peuplées (ces élèves ont plus de facilité et donc moins besoin de suivi) qui si elle prend "min 50%".  Mais en Belgique, la récompense à l'effort est presque tabou.

Notez que le problème est général: dans l'enseignement néerlandophone de Bruxelles, on manque aussi de places... et encore plus d'élèves néerlandophones.  Et depuis cette année, la proximité y joue également un rôle, ainsi que le "premier arrivé, premier servi" sur un site Internet, qui est aussi discutable.

Encore une fois, je plaide (dans le vide ?) pour un enseignement régionalisé dans son organisation, mais avec un socle de compétences définies au niveau le plus élevé possible (national).

Bonne journée,

Alain


Commentaires

100% d'accord Je fais partie de 1250 cas qui attendent à quelle sauce ils vont être mangé. Mon fils a de très bons résultats mais j'habite en Flandre je n'ai donc aucune chance d'être prioritaire même si je travaille à Jette à côté de bonnes écoles complètes. Ral le bol du nivellement par le bas dans tout les secteurs. Ce nouveau décret semble mieux car on n'est plus dans la rue, mais il n'arrange rien au contraire il crée des injustices. Mon fils était inscrit depuis sa 2eme primaire et il avait sa place dans l'école de mon choix, maintenant je dépends de la CIRI qui va me placer ! là où il reste de la place , autant dire là ou personne ne veut aller. Pourtant j'ai joué la mixité en primaire en l'inscrivant dans une petite école communale de Molenbeek. Ce décret va déplacer le problème sur les écoles primaires et plus personne ne voudra mettre son enfant dans une école qui n'a pas de secondaire. Peut-être que si mon fils devient un délinquant, j'aurais plus de chance d'entrer dans une bonne école ....

Écrit par : Nathalie | 20/05/2010

Les commentaires sont fermés.