26/05/2010

Pour le 13 juin ? Pas d'Olivier(S) !

Cela fait maintenant quelques semaines que nous savons que les élections auront lieu le 13 juin prochain.  J'ai, comme beaucoup parmi vous, analysé les "offres" des différents partis à Bruxelles et en Belgique.  Et je vous livre ci-dessous mon analyse de la "votabilité" des partis en présence.

Je les prends par ordre d'importance décroissante au parlement, francophones d'abord et flamands ensuite.  Par nature, cet exercice est biaisé : je suis certainement plein de partis pris... mais j'essaie d'objectiver autant que possible.

Partis francophones

PS : un parti de solidarité, mais clairement porté sur la multiplication des règlements, directives, circulaires, volonté de mettre au pas la liberté des écoles (cfr. décrets inscription), nivellement par le bas...  Une attitude de dialogue constructif au niveau communautaire, mais un passé récent (pas uniquement un passé, d'ailleurs) de clientèlisme qui a mené la Wallonie là où elle est aujourd'hui et qui n'accepte pas de se remettre en question à Bruxelles là où un changement est nécessaire.  Bref, un choix que je trouve impossible.

MR - FDF : il y a de tout au MR.  Des belgicains à l'ancienne style A. De Decker, des libéraux pur jus style A. Destexhe, des libéraux-sociaux comme D. Gosuin et des communautaro-polémistes comme O. Maingain ou D. Thiéry.  Il y a des idées dans lesquelles je peux me retrouver, mais surtout en tête de liste à Bruxelles une personnalité, Olivier Maingain, dont le fond de commerce est le conflit et l'attitude provoquante, cfr. sa récente bannière sur la maison communale.  Cette tête de liste me ferme l'option MR.

cdH : si vous me lisez depuis longtemps, vous savez que j'ai parfois mes réserves sur le fonctionnement interne du cdH et son Milquet-centrisme, ainsi que sur l'accordage systématique avec le PS.  Mais je vois aussi une évolution, un programme à la fois dynamique et socialement attentif... et un futur-président d'un style différent.  Ainsi qu'une ribambelle de personnes de qualité, dont (liste non exhaustive) Damien De Keyzer, André du Bus et Julie de Groote que je vous recommande particulièrement.

Ecolo : c'eut été un choix possible, si le retour des ecolo-fondamentalistes style O. Deleuze n'avait été ce qu'il est.  J'apprécie leur vision communautaire (et de dialogue avec Groen!, même si c'était poussé par les circonstances), mais pas la PS-attitude, les apports au décret inscription (les critères de proximité) et la fermeture des centrales nucléaires.  Voter, c'est aussi un choix de personnes, et Olivier Deleuze en tête de liste, c'est non.

Parti Populaire : le nouveau venu.  Un choix dit "à droite", avec des idées simples voire simplistes, un discours communautaire intéressant, une volonté de renouveau à encourager, mais aussi un vide dans le prgramme : comment la solidarité entre les personnes est-elle organisée ?  Dire que le chômage doit être limité dans le temps, je suis d'accord, mais c'est un peu court.  Certaines parties du manifeste, sur l'insécurité et l'immigration, sont simplistes et limite de l'argumentaire extrème-droite.  Bref, pas ma tasse de thé, mais une alternative qui vaut d'être regardée - moyennant une dose d'inconnu : quid des personnes et de leur capacité à travailler en politique "gestionnaire", quid du seuil électoral ?

Je ne mentionne pas les autres partis, comme Belg.Unie ou ProBruxsel qui pour sympathiques qu'ils peuvent apparaître, ne risquent pas de passer et de peser.  Des voix perdues...

Côté flamand...

C'est là que va se jouer le véritable enjeu de ces élections.  Les partis qui tiennent à la Belgique vont-ils encore peser assez ensemble pour discuter, ou l'alliance NVA-Vlaams Belang sera-t-elle quasi-majoritaire et le pays sera totalement ingouvernable ?  Notez que je ne mentionne pas la LDD dans cette alliance, qui d'une part est en phase d'extinction (annoncée sous le seuil électoral), d'autre part n'est sans doute plus aussi républicaine flamande que cela, puisque son président en appelle au Roi...

CD&V : traditionnellement le "grand frère" du cdH, mais un profil plus flamand, plus centre-droit .  En tête de liste à Bxl, S. Van Ackere affiche le crédo suivant :

"We staan voor een tijd van zware keuzes. Een nieuwe regering moet de crisis verder te lijf gaan. Ze moet het budget beheersen en de sociale zekerheid veilig stellen. En eindelijk zorgen dat overheden beter en respectvoller samenwerken.

Wie zegt er dat onze toekomst ten prooi moet vallen aan blokkering, extremisme of improvisatie? CD&V geeft de dialoog, uw welvaart en de solidariteit niet op. We blijven geloven in beschaafde politiek. Reken op onze vernieuwde wil om problemen op te lossen in plaats van ze te creëren. En reken op onze vastberaden redelijkheid". 

Un discours dans lequel je peux me retrouver...  Le programme du Cd&V, de plus de 60 pages, compte 93 fois le mot "belge" ou "Belgique", 30 fois le mot "flamand" ou "Flandre".  En ajoutant que le CD&V a eu le courage de "virer" la NVA, je trouve leur discours communautaire tout à fait acceptable - même pour Bruxelles (ou le CD&V demande un droit de regard pour les domaines "qui touchent aux fonctions de capitale nationale" - ce qui n'est pas absurde (Bruxelles utilise l'argument "capitale" pour justifier des besoins de moyens supplémentaires), même si ces "domaines" doivent être définis avec soins.  Dommage que Michel Doomst soit troisième sur la liste et surtout premier suppléant...

Le CD&V, c'est donc mon "autre" choix possible, car sa force (ou sa faiblesse) sera celle de la Belgique du 21ème siècle.

o-VLD : je dois encore en analyser le programme point par point, mais la responsabilité du VLD dans la crise actuelle est grande, ce qui le disqualifie.

SP-A: contrairement au PS, le SP-A est plus "social-démocrate" que "socialiste".  Mais soutenir le SP-A au fédéral, c'est demander aussi le retour du PS...

NVA : faut-il vraiment discourir longuement ?  Voyez l'interview de Bart De Wever dans La Libre, l'attitude "deux poids, deux mesures" de Geert Bourgeois envers les bourgmestres du "Vlaamse Rand" et le choix est clair: des nationalistes pur jus sous des abords de gestionnaires raisonnables qu'ils ne sont pas.

LDD: cfr. supra, je ne sais plus quoi en penser.  Pas ma tasse de thé de toute façon...

En conclusion, mon choix sera le suivant :

1/ Pas d'Oliviers: ni Maingain, ni Deleuze, ni de coalition PS-cdh-Ecolo

2/ Oui au centre et au dialogue, via le cdH ou via le CD&V.

Bon, maintenant, c'est à vous de faire votre choix !

Bonne journée,

Alain

 

12:11 Écrit par Alain De Plaen dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Très intéressant Cher Alain,
Une fois de plus, ton regard sur le monde politique actuel est intéressant et des plus pertinent.
Bravo pour cette analyse qui permet d'alimenter le débat!

Écrit par : Frédéric | 04/06/2010

Les commentaires sont fermés.