23/01/2009

Décret Mixité: je vous invite à en discuter

Je vous l'avais promis, je voulais organiser un débat avec vous (enfin, ceux qui le veulent) sur le décret Mixité.  Julie de Grootte, députée bruxelloise cdH, qui préside la commission "Enseignement" de la Communauté Française, nous fera le plaisir de venir participer.  C'est confirmé, ce sera le

mardi 17 février à 20h (heure à confirmer).

Le lieu est encore à déterminer (ça dépend de la taille de la salle souhaitée) - mais vous pouvez déjà noter la date.  Ce qui m'arrangerais, c'est que vous me fassiez savoir (via un p'tit mail) si vous comptez venir, histoire de prendre une salle de dimension adéquate.  Ce n'est pas obligatoire, mais ça aiderait la bonne organisation dudit débat...

Excellent weekend,

Alain


 

 

14:07 Écrit par Alain De Plaen dans Invitations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enseignement, debat, decret mixite |  Facebook |

26/06/2008

Inscription en école secondaire (fr) : les règles !

Inscription en école secondaire francophone: les règles !

Suite à quelques demandes, je voudrais donner un aperçu des règles qui seront en vigueur pour incrire un enfant en 1ère humanité à la rentrée prochaine, dans le régime linguistique francophone.

-> Votre fils / fille est-il (elle) prioritaire ?

Oui, si il/elle 

  • a déjà un frère ou une soeur dans l'école en secondaire 
  • a un des parents qui travaille dans l'école.
  • vient d’une école pratiquant l’immersion et allant dans une école en immersion,
  • fréquente un internat relevant du même PO ou avec lequel une collaboration est entretenue,
  • a un handicap dans une école qui a un projet spécifique,
  • est un enfant dit "placé par un juge".

=> Inscription : du 1er au 15 septembre 2008 pour l'année 2009-2010.

-> Votre fils/fille n'est pas prioritaire selon les critères ci-dessus, mais est déjà à l'école primaire "adossée" (c.à.d. l'école primaire de la même entité). 

=> L'inscription est prioritaire - ce sera le cas uniquement dans les 5 prochaines années - et a lieu aux mêmes dates.

-> Votre fils n'est pas prioritaire et ne va pas à l'école adossée.

=> Inscription du 16 au 29 novembre 2008. 
L'inscription n'est pas définitive, mais le critère de "premier arrivé, premier servi" ne joue pas: peu importe que l'inscription ait lieu le 16 ou le 29 novembre.  Les écoles doivent faire connâitre le nombre de places libres après les prioritaires avant le 20 octobre.

Que se passe-t-il ensuite (après le 30 novembre) ?

Les places vacantes sont attribuées d'abord aux prioritaires, ensuite aux autres selon des quotas (imposés par le gouvernement) et des critères (à l'appréciation du directeur de l'établissement).  Les élèves non inscrits recoivent une lettre et cherchent (d'urgence) un autre établissement.  Les inscriptions se font alors selon la règle "premier arrivé, premier servi" après le 1er décembre (liste d'attente comprise).

Quels sont les quotas ?

Deux bases: origine géographique (commune d'habitation p/r à la commune de l'école - visant une stabilié, c.à.d. max 5% de variation par an : si l'école accueille en 2008-2009 25% d'enfants de sa commune, les inscriptions seront telles que entre 20 et 30% provient de la commune en 2009-2010) et origine socio-économique (provenance d'écoles primaires défavorisées).  On aurait un quota de 15% des élèves en 2009-2010, puis 20% en 2010-2011 et enfin 25% en 2011-2012.

Et les critères ?

Ils ne viennent qu'après les priorités et quotas.  Ces critères sont choisis par le directeur, mais ne peuvent être liés ni à l'ordre chronologique d'inscription, ni aux résultats antérieurs.  Pas question donc d’exiger le bulletin de l’enfant au moment de son inscription !  Ces critères doivent être transmis pour le 30 octobre 2008 à la Communauté Française, soit avant le début des inscriptions non-prioritaires.

Peut-on s'inscrire dans plusieurs écoles secondaires ?

Selon mes informations, les inscriptions multiples seront autorisées, mais devront être mentionnées lors de l'inscription, ainsi que le nom des écoles concernées.  Je compléterai cette partie en cours de journée.

Incertitude juridique

Le Conseil d'Etat a rendu un avis négatif sur ce décret - à cause principalement de la liberté de critère laissée au chef d'établissement.  Des recours seront donc possibles, qui pourraient aller jusqu'à l'annulation du décret.  Je ne compterais quand même pas trop dessus...

Mon avis

Ce décret a l'avantage de clarifier les choses par rapport au décret Arena.  C'est un PLUS incontestable ! Il contient du bon et du moins bon.  Notons la transparence et une (certaine) liberté de choix aux chefs d'établissement.  Je ne suis toutefois pas certain de comprendre pourquoi les résultats antérieurs ne peuvent pas être pris en compte, d'autant qu'avec le nouveau CEB, tous les enfants seront jugés sur la même base.  Mais les socialistes ont horreur des têtes qui dépassent... et le cdH a, à mes yeux, tort de suivre.  Pourquoi est-ce honteux d'avoir des enfants plus doués ou plus travailleurs que les autres, ou même mieux entourés ?  Après tout, oui, j'entoure mes enfants et ça les aide parfois...

Le critère "socio-économique" me laisse également perplexe, mais de façon nettement plus mitigée - il n'a du sens que si des écoles "poubelles" peuvent ainsi disparaître, ce qui serait une excellente chose  Sera-ce le cas : des parents "défavorisés" vont-ils plus vouloir aider leurs enfants en les inscrivant dans des écoles réputées difficiles ?  Si c'est le cas, j'applaudis - je suis néanmoins sceptique, il suffit de voir qui faisait la file dans les écoles dites élitistes de la capitale l'an dernier, ou de juger la mixité sociale à St-Jan Berchmans !  Et puis, j'ai l'impression que la discrimination jouera dans l'autre sens: les enfants "non défavorisés" risquent d'en être pénalisés... ce qui n'est pas juste non plus !

La "stabilité géographique", par contre, je ne l'aime pas du tout - c'est un premier pas vers les "bassins scolaires" chers aux socialistes, mais c'est surtout une restriction du choix des parents.

Enfin, je reste d'avis que la première chose à faire, c'est de travailler à la qualité de l'enseignement dans toutes les écoles, pas uniquement d'assurer que (excusez-moi pour ce cliché, mais c'est pour appeler un chat un chat !) "Farid" peut aller au Collège Saint-Michel, "comme les riches".  Même si Farid doit être (et est déjà) le bienvenu à Saint-Michel, comme Pierre, Paul, Jacques ou Kevin...

Dernier mot enfin sur la discussion politique dans ce dossier: le MR, Françoise Bertiaux en particulier, est excessivement critique sur ce décret, au point de dire tout et son contraire ("il faut laisser la liberté aux écoles" et "il faut supprimer ce décret, à cause de l'avis du Conseil d'Etat qui trouve qu'on donne trop de liberté aux établissement (sur les critères)").  Mais le MR oublie (?) que beaucoup des torts portés à l'enseignement datent de l'époque où il était en charge avec le PS de la Communauté Française (avant 2003).  "L'Ecole de la Réussite (par le bas)", "Tous bilingue en l'an 2000" , cela vous rappelle-t-il quelque chose ?  Un profil bas s'imposerait...

Voilà, n'hésitez pas à me donner vos commentaires, questions et avis !

Bonne journée,

Alain